Exclusif – Affaire Maëlys: le frère du suspect parle, "j'ai peur pour ma famille"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Exclusif – Affaire Maëlys: le frère du suspect parle, "j'ai peur pour ma famille"

Publié le 24/11/2017 à 18:32 - Mise à jour le 25/11/2017 à 11:23
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le principal suspect dans l'affaire de la disparition de Maëlys de Araujo est en détention provisoire depuis le 3 septembre. Depuis, les relations entre la famille du suspect qui clame son innocence et les proches de la petite sont tendues, même loin du regard des caméras de télévision qui sont parties de Pont-de-Beauvoisin. "France-Soir" a pu recueillir en exclusivité le témoignage de Sven Lelandais, le frère de Nordahl, qui se dit victime de menaces et d'une gendarmerie partiale.

EXCLUSIF - Depuis 13 semaines, la petite Maëlys de Araujo a disparu, en marge d'une soirée de mariage qui se déroulait dans la salle polyvalente de Pont-de-Beauvoisin. Et depuis 13 semaines, alors que l'enquête ne parvient toujours pas à savoir ce qui est arrivé à la petite fille, sa famille vit dans l'angoisse. Mais du côté de celle du principal suspect Nordahl Lelandais, qui reste présumé innocent et qui assure ne pas être impliqué, la situation est tout aussi délétère. Les caméras de télévision sont parties depuis longtemps, et les médias ne se pressent plus dans la petite commune des bords du Guiers, face à une enquête qui ne livre plus les informations qu'avec parcimonie. Dans les rues de Pont-de-Beauvoisin et des communes environnantes, seuls restent des proches de la fillette et des mariés, qui croisent la famille du suspect, notamment son frère Sven, qui soutient bec et ongle la thèse de l'innocence de Nordahl. Et ce dernier l'assure: dans l'enquête sur la disparition de l'enfant, l'enquête des gendarmes est entièrement à charge contre son frère.

Lire aussi: Info France-Soir - Maëlys: les tensions entre ses proches et la famille du suspect Nordahl L.

"Je pensais que les gendarmes étaient des gens impartiaux. Et bien non, désolé, ils ne le sont pas du tout", accuse Sven Lelandais qui se confie en exclusivité pour France-Soir. Celui qui avait accepté de parler dans la presse lorsque son frère a été incarcéré après sa mise en examen le 3 septembre, refuse désormais tout contact avec les médias, et assure vivre dans un environnement ouvertement hostile, lui qui n'a jamais été impliqué dans l'affaire. "Depuis que mon frère a été mis en examen, j'ai reçu de nombreuses menaces et des injures sur Facebook. J'ai voulu porter plainte à la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin. Une gendarmette m'a reçu et m'a dit clairement +La famille Lelandais, vous êtes blacklistés+ Ma plainte n'a pas été prise".

Le trentenaire, grand frère du suspect, décrit depuis une enquête qui dans un premier temps a surtout cherché à accabler Nordahl. "Ces gendarmes sont des ripoux, je n'ai aucune confiance en eux. Mais je fais encore confiance à la police". Pour rappel, le rôle de la gendarmerie dans cette affaire reste trouble, en plus d'être entâché de suspicions sur des erreurs de procédure. Le procureur de la République de Grenoble a d'ailleurs ouvert une enquête contre les militaires pour violation du secret de l'instruction et une dizaine de militaires ont dû répondre mardi 21 aux questions des policiers… chargés d'enquêter sur les enquêteurs.

A lire: Affaire Maëlys - des gendarmes entendus pour violation du secret de l'instruction

Sven, lui, qui vit avec ses parents à Domessin (Savoie) à quelques minutes en voiture de la salle polyvalente, doit continuer à faire face aux insultes. France-Soir révélait déjà les échanges de noms d'oiseaux entre lui et des proches de Maëlys. Mais selon le frère du suspect, la violence ne serait pas que verbale. "Les menaces concernent aussi ma famille. Il y en a qui sont venus me voir, qui sont... un cousin de Maëlys surtout", assure ainsi l'homme qui dit avoir peur pour sa famille. "Les gens qui m'insultent ne me font pas peur. D'ailleurs personne ne vient rien me dire en face. Mais je suis saisonnier et je dois partir travailler entre décembre et avril. Et j'ai peur pour ma famille". La voix étranglée, Svend Lelandais semble au bord du ras-le-bol, mais refuse de craquer et rêve d'une réhabilitation de son frère sur la place publique. "On prend, on encaisse, on encaisse… Mais quand Nordahl sera dehors, on convoquera les journalistes, on racontera toute la vérité sur les ragots que tout le monde a colporté sur notre compte". En attendant Nordahl Lelandais dort toujours en prison, dans l'attente d'être convoqué de nouveaux par les juges d'instruction. Samedi 25, cela fera 90 jours que Maëlys de Araujo s'est volatilisée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Quand Nordahl sera dehors, on racontera toute la vérité sur les ragots" assure Sven, le frère du suspect.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-