EXCLUSIF Affaire Maëlys: la sœur de Nordahl Lelandais se confie à France-Soir (1/3)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

EXCLUSIF Affaire Maëlys: la sœur de Nordahl Lelandais se confie à France-Soir (1/3)

Publié le 13/03/2018 à 11:42 - Mise à jour à 12:02
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

France-Soir a rencontré en exclusivité Alexandra, la sœur de Nordahl Lelandais, principal suspect dans la mort de la petite Maëlys. Elle évoque le jour où l'affaire a commencé, une époque où l'innocence de son frère ne faisait aucun doute à ses yeux. Avant le dénouement du 14 février. [A suivre: "Nordahl, les aveux", lien en fin d'article]

Le ciel est gris sur Paris le jour où France-Soir parvient à rencontrer celle qui s'est très peu épanchée dans les médias depuis le début de l'affaire Maëlys. Alexandra, la sœur de Nordahl Lelandais, accepte finalement de se livrer. Rendez-vous est pris dans un café aux portes de Paris, bien loin de la petite commune iséroise de Pont-de-Beauvoisin où la fillette s'est volatilisée dans la nuit du 26 au 27 août 2017.

L'enfant ne sera retrouvée que le 14 février 2018. Ce jour-là, le cauchemar des parents de Maëlys devient réalité: leur fille est morte. Alexandra, elle, apprend abasourdie une autre vérité: son petit frère a tué une enfant. Le début d'une nouvelle épreuve, mais la fin d'une première, celle où cette femme a vu, incrédule et jour après jour, l'étau d'un fait divers se passant au coeur de sa région d'origine se refermer sur sa famille.

Lire aussi: Exclusif Affaire Maëlys: dernière heure avant le drame

"Le jour où c'est arrivé (le dimanche 27 août, NDLR), je buvais l'apéro avec une amie. On voit la photo de la petite et je dis «tiens, c'est près de chez mes parents». Le lendemain ma mère m'appelle, on discute de ça et elle me dit «ton frère était au mariage, il est entendu». J'apprends peu après que notre maison est fouillée et que mon frère est placé en garde à vue".

Alexandra avoue son inquiétude, mais qui sera rapidement dissipée: Nordahl est placé en garde à vue le 31 août (avec une autre personne, qui ne sera jamais inquiétée ensuite) mais est relâché après plusieurs interrogatoires, dont certains seront d'ailleurs invalidés ensuite par la justice. "Pour moi c'était fini. Les gendarmes avaient posé leurs questions, mon frère était innocent, ils l'ont relâché. Point".

Jusqu'au coup de tonnerre. "Le jour de la rentrée des classes (le 4 septembre, NDLR), une copine m'appelle et me dit «c'est lequel de tes frères qu'ils sont venus chercher? Ta maison passe à la télé!». Ma mère m'appelle ensuite et me dit qu'ils sont venus rechercher Nordahl, revenu à Domessin chez mes parents après sa garde vue".

"A ce moment, je me suis dit qu'il n'avait vraiment pas de chance. Pour une fois qu'il était à un mariage… Je me suis retrouvée happée par tout ça. J'ai pris dix ans d'un coup". Ce n'est pourtant que le début d'un parcours d'incrédulité: "Petit à petit, on voit qu'il ne sort pas de prison alors que semaine après semaine il clame son innocence".

Voir aussi - Affaire Maëlys: la maman publie une vidéo déchirante pour les 5 mois de la disparition de sa fille

Et Alexandra, calme et en toute franchise, le reconnaît sans détour: "Jusqu'au 14 février (jour des aveux et de la découverte du corps, NDLR) je n'avais aucun doute sur son innocence".

En six mois, ce qui a commencé comme la coïncidence d'une disparition dans un lieu familier, et qui s'est poursuivi en drame, s'achevait ce jour-là en évidence: son frère avait tué une enfant, juste devant la maison familiale.

"Psychologiquement, c'est pour ma mère que c'est très dur. Elle a pris un gros coup au moral. Elle a compris que Nordahl a forcément une implication dans cette affaire. Il nous a menti". Et de confier ses interrogations intimes qui la hantent, lancinantes, depuis cette Saint-Valentin funeste: "Pourquoi avouer six mois après? Comment peut-il avoir fait ça?" .

A suivre: Nordahl, les aveux (lire en cliquant ici)

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nordahl Lelandais habitait chez ses parents à Domessin, en Savoie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-