Expéditions punitives et tentatives de meurtre: le procès des néo-nazis du Clan des loups blancs débute

Expéditions punitives et tentatives de meurtre: le procès des néo-nazis du Clan des loups blancs débute

Publié le 27/03/2017 à 11:59 - Mise à jour à 12:19
© Franck Fife / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ce lundi débute le procès de 18 membres du Clan des loups blancs, groupuscule nazi qui a œuvré en Picardie entre 2012 et 2014. Outre les violences et dégradations commises contre des personnes d'origine étrangère, plusieurs sont mis en cause pour tentatives de meurtre ou complicité dans des règlements de comptes contre des groupes rivaux ou anciens membres.

Le procès du Clan des loups blancs (White Wolves Klan) débute ce lundi 27 devant le tribunal correctionnel d'Amiens. Plusieurs membres de ce groupuscule néo-nazi sont mis en cause pour une série de délits commis entre 2012 et 2014.

Ce sont 18 personne âgées de 22 à 53 ans qui se retrouvent sur le banc des accusés pour des faits allant des simples dégradations à la tentative de meurtre commise lors d'une "expédition punitive" en passant par le vol, la séquestration et l'incendie. Au total, quelques 35 infractions leur sont reprochées.

Si, sans surprise, plusieurs de ces actes ont visé des personnes d'origine étrangère, les faits les plus graves concernent les tensions avec des rivaux ou au sein même du "clan". Une première tentative de meurtre aurait en effet eu lieu à l'occasion d'une soirée réunissant les membres de deux groupes néo-nazis.

A l'époque, fin 2012, le WWK n'existe pas encore. La soirée doit acter le rapprochement de Troisième voie -groupe créé par Serge Ayoub et dissous en 2013 après la mort du militant antifasciste Clément Méric- et les Nationalistes autonomes (NA). Mais elle vire au règlement de comptes, car les NA auraient traité Serge Ayoub de "sale juïf". Les couteaux sont tirés et les coups pleuvent.

C'est notamment l'enquête sur cette rixe qui mènera au Clan des loups blancs, bâti par la suite par Serge Ayoub et Jérémy Mourain, dirigeant de la section picarde des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupe dissous par les autorités dans les mêmes conditions.

Est reprochée à ses membres notamment la dégradation d'un bar à chicha en janvier 2013, ou des expéditions punitives avec passages à tabac particulièrement violents contre ceux qui ont quitté le clan ou leurs proches. Jeremy Mourain, mis en cause pour ces faits, est en détention provisoire depuis mars 2015 et le seul prévenu à ne pas comparaître libre. Serge Ayoub est accusé de complicité de violences aggravées  dans le cadre de la rixe avec les NA.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le WWK est issu de Troisième Voie et des Jeunesses nationalistes révolutionnaires, groupuscules néo-nazis dissous après la mort de Clément Méric.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-