Famas volés en Isère: six personnes interpellées et mises en garde à vue, les armes retrouvées

Famas volés en Isère: six personnes interpellées et mises en garde à vue, les armes retrouvées

Publié le 07/02/2017 à 06:46 - Mise à jour à 07:52
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Trois jours après le vol de deux fusils Famas à des militaires de retour de mission Sentinelle sur le parking d'un restaurant, les gendarmes ont interpellés dimanche 6 personnes. Les armes volées ont été retrouvées.

Des militaires de l'opération Sentinelle qui se font voler leurs fusils d'assaut de service pendant qu'ils se restauraient, l'affaire avait fait grand bruit. Six personnes ont été interpellées en Isère et placées en garde à vue dimanche 5 dans le cadre de l'enquête sur le vol de deux fusils Famas et des munitions dérobés à ces soldats.

Les gendarmes de la Section de recherches de Grenoble, appuyés par le GIGN compte tenu des faits et de la dangerosité des armes dérobées, ont procédé à ces interpellations à Villefontaine et Creys-Mépieu (Isère), deux communes du nord du département, proches de l'endroit où avait été commis le vol.

Le vol s'était déroulé jeudi 2 sur le parking du McDonald's de La Verpillière, à l'est de Lyon, révèle France Bleu Isère, où les militaires  du 4e régiment de chasseurs de Gap se sont arrêtés pour déjeuner vers 15h. Ils auraient alors laissé des armes dans leur fourgon, un véhicule blanc spécialement destiné à l'opération de surveillance et qui n'indique ni son appartenance aux forces armées ni la présence d'armes à l'intérieur. Selon Le Dauphiné libéré, les voleurs ont brisé l'une des vitres afin de s'emparer de deux fusils avant de prendre la fuite à bord d'une camionnette dérobée plus tôt. Un important dispositif de gendarmes, mobilisant 250 hommes dont des unités spécialisées et des chiens, avait été déployé, permettant de retrouver dans la soirée le véhicule volé des suspects dans un quartier sensible de Villefontaine. 

Dès le début de l'enquête, ouverte pour "vol avec dégradation" et "détention d'arme de catégorie A" vendredi 3 février, le parquet de Vienne avait précisé "qu'aucun élément n'orientait vers une thèse terroriste". Les armes auraient pu en revanche intéresser le grand banditisme, selon France Bleu.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes de la Section de recherches de Grenoble, appuyés par le GIGN compte tenu des faits et de la dangerosité des armes dérobées, ont procédé à ces interpellations à Villefontaine et Creys-Mépieu (Isère).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-