Fillette poignardée dans la rue, le suspect pourrait échapper au procès

Fillette poignardée dans la rue, le suspect pourrait échapper au procès

Publié le 02/07/2019 à 11:37 - Mise à jour à 12:42
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme d'une vingtaine d'années a été interpellé samedi 28 au lendemain de l'agression d'une enfant de 4 ans à coups de tesson de bouteille, à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise). L'homme souffrirait de graves troubles psychiatriques, lesquelles rendraient impossible la tenue d'un procès pénal.

Un suspect a été interpellé samedi suite à l'agression d'une petite fille de 4 ans, survenue la veille à Garges-lès-Gonesse, dans le Val-d'Oise. L'individu a été interné en psychiatrie et pourrait échapper aux poursuites pénales en raison de son état mental.

Ce vendredi en début de soirée, un homme s'en était pris à la fillette qui marchait à sa hauteur dans la rue, la frappant à plusieurs reprises à coups de tesson de bouteille. Touchée au dos, l'enfant avait été hospitalisée dans un état d'urgence absolue. Ses jours ne sont plus en danger mais elle restait hospitalisée lundi.

Voir: Hospitalisé en psychiatrie, il profite d'une sortie pour allumer des incendies

Le suspect, âgé de 20 ans, a été interpellé le lendemain. Souffrant de graves troubles mentaux, il serait déjà connu de la police pour des faits d'exhibition sexuelle. Le mobile de l'agression n'a toujours pas été établi et l'individu a nié les faits en garde à vue avant d'être interné d'office et contre sa volonté, suite au rapport d'un expert psychiatre.

Selon les informations d'Europe 1, l'expertise aurait conclu que l'individu ne peut être considéré comme pénalement responsable de ses actes. Cela suppose que ses troubles soient d'une telle gravité qu'au moment d'attaquer la fillette, son jugement était totalement aboli. Une telle situation conduirait au non-lieu, l'homme ne pouvant être jugé devant un tribunal pénal. Il pourrait en revanche être maintenu dans un établissement psychiatrique. Son état mental pourrait cependant être l'objet d'autres expertises.

Lire aussi:

Oise: une mère soupçonnée d'avoir poignardé à mort son bébé pour lui éviter une "vie difficile"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme interpellé pour avoir poignardé la fillette a été interné en service psychiatrique.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-