Fin de vie: Jean Mercier jugé pour avoir aidé sa femme à mourir

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 22 septembre 2015 - 09:35
Image
Le fronton du tribunal correctionnel de Paris.
Crédits
©Flickr Creative Commons
Jean Mercier est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour non-assistance à personne en danger.
©Flickr Creative Commons
Jean Mercier, 87 ans, comparaît ce mardi devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne pour avoir aidé sa femme malade à se suicider en novembre 2011. Militant du droit à mourir dans la dignité, il espère faire évoluer les choses.

C'est un nouveau procès qui alimente le débat sur la fin de vie qui s'ouvre ce mardi à Saint-Etienne (Loire). Sur le banc des accusés, un homme de 87 ans poursuivi pour non-assistance à personne en danger, après avoir un temps été accusé d'homicide volontaire.

Le 10 novembre 2011, Jean Mercier avait aidé sa femme malade à mettre fin à ses jours. Agée de 83 ans, elle était atteinte d'ostéoporose, une maladie des os qui lui causait des souffrances, voire des fractures, au moindre déplacement.

Ce jour là, elle demande à son mari de lui apporter ses médicaments: "j'ai tout de suite compris ce qu'elle voulait," raconte Jean Mercier à BFMTV. Il lui apporte tout de même ses pilules habituelles. "Non, pas ceux-là, je n'en peux plus", aurait-elle répondu. Il restera à ses côtés jusqu'à ce que les médicaments fassent leur effet.

Jean Mercier aurait peut-être pu éviter le procès. Après le décès de sa femme, il avait contacté un médecin. Alors que celui-ci s'apprêtait à certifier le décès, le mari lui a avoué les faits. Le médecin a alors prévenu les autorités. Face à l'accusation il estime "ne pas être lâche. Pour moi, ne pas porter assistance à une personne en danger relève de la lâcheté".

Membre de l'Association pour le droit à mourir dans la dignité (ADMD), et lui-même atteint de la maladie de Parkinson, Jean Mercier assume son geste et espère que son procès permettra de faire évoluer le débat sur l'euthanasie. Une association à laquelle adhérait également sa femme selon l'avocat de la défense. Elle aurait d'ailleurs planifié un départ en Suisse où le suicide assisté est légal, un dernier voyage annulé car elle n'était plus transportable.

La loi sur la fin de vie de 2005 autorise l'arrêt des traitements "déraisonnables", "inutiles, disproportionnés ou n'ayant d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie", d'où l'expression de "droit à laisser mourir". Une nouvelle loi est actuellement débattue au Parlement, elle prévoit un "droit à la sédation profonde et continue jusqu'au décès, à la demande du patient", si le patient souffre d'une "affection grave et incurable".

 

 

À LIRE AUSSI

Image
François Hollande, Alain Claeys et Jean Leonetti.
Fin de vie: François Hollande promet une loi mais dit non à l'euthanasie
Les députés Alain Claeys (PS) et Jean Leonetti (UMP) ont remis ce vendredi à François Hollande leur rapport sur l'amélioration de la fin de vie. En réponse, le préside...
12 décembre 2014 - 15:40
Politique
Image
Un patient tient une main.
Fin de vie: seulement un quart des Français meurent chez eux
Mourir à leur domicile est le souhait de la majorité des Français. Mais il ne se concrétise que pour un quart d'entre eux. En cause, la complexité des soins pour les p...
01 juillet 2015 - 13:38
Société