"Flashball": des policiers affirment que viser la tête est autorisé (vidéo)

"Flashball": des policiers affirment que viser la tête est autorisé (vidéo)

Publié le 15/01/2019 à 17:50 - Mise à jour à 18:02
©Patrick Hertzog/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une vidéo diffusée ce mardi sur les réseaux sociaux montre des policiers affirmer que les tirs de "Flashball" (Lanceur de balles de défense) à la tête sont autorisés, alors que les règles stipulent clairement l'inverse. Plusieurs cas de blessures graves causées par ses armes ont été recensés ces dernières années et notamment lors des manifestations des gilets jaunes depuis novembre.

Plusieurs cas de personnes blessées à la tête par des tirs de lanceurs de balles de défense (LBD, couramment appelés "Flashball" du nom d'un des fabricants) ont fait polémique depuis le début des manifestations des gilets jaunes. Il ne s'agit d'ailleurs pas des premières critiques envers ce type d'armes, qu'est venue ce mardi 15 alimenter une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

On y entend un policier affirmer que les tirs à la tête sont autorisés, alors que les règles sont claires en la matière. La phrase est prononcée alors que des manifestants discutent des violences et des blessures occasionnées lors des récentes manifestations avec des policiers déployés lors de la venue de Christophe Castaner à Grenoble lundi 14, selon l'auteur de la vidéo.

Les propos sont confus, mais on peut clairement entendre un homme dire à l'un des fonctionnaires. "Votre collègue me dit que vous avez le droit de tirer dans la tête". Ce à quoi le policier répond "Avec le Flashball? Bien sûr!". Ce sont donc au moins deux policiers qui seraient convaincus de la régularité de cette pratique.

Voir: Gilet jaune dans le coma après un tir de flash-ball: bavure à Toulouse?

L'Instruction relative à l'emploi du Lanceur de balles de défense publiée en septembre 2014 par le ministère de l'Intérieur précise pourtant bien que "le tireur vise de façon privilégiée le torse ainsi que les membres supérieurs ou inférieurs, la tête n'est pas visée". Les seules circonstances dans laquelle un tir à la tête est justifiable sont celles dans lesquelles l'usage de l'arme à feu est lui-même possible.

Toujours selon les auteurs de la vidéo, la supérieure des policiers serait alors intervenue pour mettre fin à l'échange. Les deux hommes étaient-ils sincèrement convaincus de leurs dires ou cherchaient-ils à défendre (maladroitement) leurs collègues? Difficile à dire puisque les policiers et gendarmes ne sont pas tous formés à l'utilisation du LBD, formation obligatoire pour pouvoir en manipuler un.

Examinant un cas d'usage abusif en 2017, le Défenseur des droits avait d'ailleurs pointé les risques de l'usage de cette arme par des policiers insuffisamment formés à son utilisation, parfois inexpérimentés au maintien de l'ordre en manifestation et en service depuis de longues heures dans un climat qui peut-être tendu. Une accumulation de circonstances négatives pouvant conduire à l'accident. Par la suite, le Défenseur des droits avait donc recommandé début 2018 de bannir les LBD des opérations de maintien de l'ordre, comme les manifestations.

Lire aussi:

Gilet jaune blessé à Bordeaux par la police: Olivier, pompier, est dans le coma

Loiret: un ado blessé à la tête par un tir de flash-ball

Meaux: touché aux testicules par un tir de flash-ball, un lycéen porte plainte

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers déclarent que les tirs de "Flashball" à la tête sont "bien sûr" autorisés.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-