Florange: un ancien chauffeur d'ArcelorMittal assure avoir déversé de l'acide dans la nature pendant trois mois (vidéo)

Florange: un ancien chauffeur d'ArcelorMittal assure avoir déversé de l'acide dans la nature pendant trois mois (vidéo)

Publié le 04/07/2017 à 10:58 - Mise à jour à 11:17
© BORIS HORVAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le site d'ArcelorMittal est depuis lundi au cœur d'une enquête de la Dreal (Direction régionale de l'environnement) après les déclarations d'un ancien employé intérimaire d'un sous-traitant, qui assure ne pas avoir suivi la procédure pour le recyclage des acides usagés sur ordre de l'entreprise.

L'usine ArcelorMittal de Florange en Moselle est à nouveau sous le feu des projecteurs. Cette fois-ci, il n'est pas question de l'arrêt des hauts-fourneaux mais de la naissance d'un possible scandale environnemental. France Bleu Lorraine Nord a en effet publié lundi 3 le témoignage d'un chauffeur de camion intérimaire, qui a travaillé trois mois pour un sous-traitant de l'usine de décembre 2016 à février dernier, et qui était chargé de transporter des stocks d'acide usagé.

Sa mission était, en théorie, de transporter ces mètres cubes de substances dangereuses jusqu'à un centre de recyclage à Malancourt. Mais la manœuvre, très coûteuse pour l'entreprise, ne se déroulait apparemment pas comme prévu. "Je transportais l'acide usagé. Normalement, je devais le transporter dans un centre de recyclage à Malancourt mais ce n'était pas ça. On me disait de charger l'acide et d'aller au crassier" a-t-il expliqué à France Bleu Lorrain Nord.

Le crassier est un endroit où sont entassés les déchets d'une usine métallurgique. "J'arrivais à Florange, à la cockerie, au PC Sécurité, là je me retrouvais dans un crassier à brancher mes tuyaux et déverser mon chargement en pleine nature, directement au sol. Les rochers qui pètent à cause de l'acidité du produit. Le soir je rentrais avec des yeux rouges" a aussi confié cet employé, qui, après avoir évoqué ce problème avec un pompier d'ArcelorMittal, a été licencié pour "rupture de discrétion commerciale". "Depuis je n'arrive plus à retrouver de travail".

Sur les images qu'il a filmées lui-même au sein du crassier, on aperçoit effectivement un liquide non identifié, fumant, devenir jaune fluo au contact de l'eau dans laquelle il est déversé. Cet individu a aussi précisé que les bons de livraison délivrés par ArcelorMittal stipulaient "boue de fer ou boue d'épuration".

Suite à la publication de ces éléments troublants, la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) a décidé d'ouvrir une enquête pour inspecter la manière dont sont traités et recyclés les déchets d'ArcelorMittal. Une enquête interne à l'entreprise a également été ouverte. En attendant les conclusions, la direction a assuré lundi qu'il n'y avait "aucun risque environnemental ou sanitaire pour les populations".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un ancien employé d'un sous-traitant d'ArcelorMittal assure avoir déversé des acides usagés dans la nature pendant des mois.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-