Forbach: des malfaiteurs dérobent 18.000 euros dans le coffre-fort d'une communauté Emmaüs

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Forbach: des malfaiteurs dérobent 18.000 euros dans le coffre-fort d'une communauté Emmaüs

Publié le 08/03/2017 à 17:42 - Mise à jour à 17:49
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans la nuit de lundi à mardi, des cambrioleurs sont entrés par effraction dans les bureaux d’Emmaüs à Forbach. Pas moins de 18.000 euros ont été dérobés dans le coffre-fort de l'association.

Consternation dans la commune de Forbach en Moselle. Des malfaiteurs visiblement bien informés ont forcé le coffre-fort de la communauté d’Emmaüs de la ville dans la nuit de lundi 6 à mardi 7. Le butin dérobé est conséquent puisque ce sont pas moins de 18.000 euros qui ont été volés par les cambrioleurs. C'est un compagnon qui a découvert l’effraction mardi matin à 6h30.

La police scientifique s'est rendue sur les lieux pour faire des relevés et une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de Forbach. Selon les premières constatations, le ou les voleurs ont fracturé le coffre-fort à l’aide d’un pied-de-biche.

L'argent provenait en partie "d'une vente organisée dimanche et était aussi préparé pour la remise des allocations aux compagnons, qui a lieu le dimanche", a expliqué le directeur d’Emmaüs Forbach, encore sous le coup de l'émotion à France Bleu Lorraine. "Il n’y a plus d’éthique, mais je suis certain que quand on en vient à voler les pauvres, cela se retourne contre soi tôt ou tard" a-t-il ajouté, amer, avant de constater que "si des gens s'organisent pour aller jusqu'à voler Emmaüs c'est que la misère est encore plus importante que ce que l'on pensait".

"Ce sont des gens qui connaissaient, qui savaient…" a expliqué le bénévole qui a ajouté à au Républicain Lorrain que "notre veilleur de nuit vient de décéder, cela fait une semaine que plus personne ne surveillait les bâtiments".

"Nous sommes vraiment attristés que l’on s’en prenne à notre association, dont l’objet social est la lutte contre la pauvreté et pour la réinsertion", a renchéri de son côté Jean-Claude Dunkhorst, président d’Emmaüs Forbach avant d'assurer que la solidarité était déjà en marche. "Dès ce matin, tout le monde s’est montré solidaire. On va rebondir".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'argent provenait en partie "d'une vente organisée dimanche et était aussi préparé pour la remise des allocations aux compagnons, qui a lieu le dimanche".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-