Forcené abattu dans l'Isère: un seul tir mortel, les policiers relâchés

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Forcené abattu dans l'Isère: un seul tir mortel, les policiers relâchés

Publié le 31/10/2016 à 18:19 - Mise à jour à 18:21
©Martin Bureau/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): VL avec AFP

-A +A

L'autopsie du forcené abattu vendredi dans l'Isère par des policiers a révélé ce lundi qu'une seule des trois balles qui l'ont touché a été mortelle. L'homme avait été abattu alors qu'il menaçait les fonctionnaires avec un pistolet d'alarme. Placés en garde à vue dans un premier temps, les cinq hommes ont été relâchés.

Le forcené abattu par des policiers à Échirolles (Isère) vendredi 28 au soir est décédé d'un tir mortel sur les trois qui l'ont atteint, d'après les résultats de l'autopsie réalisée ce lundi 31, a indiqué le parquet de Grenoble à l'AFP.

"Trois tirs l'ont atteint au tronc sur les cinq coups tirés. Un tir a été mortel. Il est entré par la clavicule gauche et a touché l'aorte" de cet homme de 51 ans, a précisé le parquet.

Des prélèvements sanguins ont été aussi faits pour mener des expertises toxicologique et alcoolémique. Tout comme pour les expertises balistiques, les résultats sont attendus dans "un délai relativement court", a-t-on précisé de même source.

Vendredi soir, cinq fonctionnaires de la sécurité publique sont intervenus pour un différend de voisinage dans un quartier pavillonnaire de cette ville de l'agglomération grenobloise. Ils ont ouvert le feu sur un homme, apparemment en état d'ivresse, qui les avait d'abord menacés avec une machette avant de sortir une arme de derrière son dos.

L'arme brandie par le quinquagénaire devant les policiers a été retrouvée et il s'agit d'un pistolet d'alarme, une arme non mortelle mais qui peut être confondue avec une vraie arme à feu. Placés en garde à vue vendredi soir, les cinq policiers ont été relâchés samedi en début d'après-midi. Le procureur de Grenoble a saisi l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) et la police judiciaire. Peu après les faits, la famille avait fait part de son intention de porter plainte.

Ce drame intervient dans un contexte tendu, en pleine grogne des policiers, victimes notamment de plusieurs agressions ces dernières semaines, notamment à Viry-Châtillon ou plusieurs des leurs ont été grièvement blessés. Parmi les revendications faites depuis le début de la mobilisation se trouve une refonte des conditions de leurs conditions de légitime défense.

 

Auteur(s): VL avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'IGPN, la "police des polices" a été saisie par le procureur alors que la famille de la victime a fait part de son intention de porter plainte.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-