Frais de taxi d'Agnès Saal: l'ex-patronne de l'INA va plaider coupable

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Frais de taxi d'Agnès Saal: l'ex-patronne de l'INA va plaider coupable

Publié le 30/03/2016 à 10:49 - Mise à jour à 10:52
©Dominique Faget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

L'ex-patronne de l'INA Agnès Saal forcée à la démission après la révélation de ses notes exorbitantes de taxi, en avril 2015, aurait décidé de plaider coupable à son procès, prévu mi-avril, pour détournement de fonds publics. Une procédure spécifique qui pourrait lui permettre de bénéficier d'une peine moins lourde.

Le scandale du paiement de ses frais -exorbitants- de taxis lui avait coûté sa place. Devenue malgré elle le "symbole de la trahison des élites", l'ex-patronne de l'INA Agnès Saal dit désormais "assumer" sa "faute". Et en veut pour preuve sa décision de plaider coupable dans la procédure pour détournement de fonds publics engagée suite à la révélation de "l'affaire Saal", en avril 2015, selon des sources judiciaires.

Un peu plus de 40.000 euros, dont 6.700 par son fils: le compteur des frais de taxi de celle qui dirigeait alors l'INA avait explosé. Le tout en dix petits mois seulement, et alors que son poste lui permettait de disposer d'une voiture de fonction avec chauffeur. Un montant auquel il faut encore ajouter près de 38.000 euros dépensés pour le même motif entre janvier 2013 et avril 2014, lorsqu'elle dirigeait le centre Georges Pompidou de Paris, révélé un peu plus tard par la presse.

Plus de 5,5 fois le SMIC annuel dépensé pour de simples déplacements, dont une partie personnels: en pleine période de crise, de chômage de masse et de défi à l'encontre des élus et des élites, l'affaire avait immédiatement fait scandale. "J'assume cette faute, je la regrette à un point infini, j'y pense jour et nuit depuis huit mois. Mon regret est sincère, profond", avait-elle confessé par la suite, dans un entretien au Monde. Elle avait également regretté être devenue "un symbole, l'incarnation d'une trahison des élites", se considérant à "l'opposé de cette image de haut fonctionnaire cupide qui dilapide les fonds publics".

Déjà exclue deux ans, dont six mois ferme, de la fonction publique pour cette affaire, une sanction décidée par François Hollande en personne, elle aurait ainsi décidé de plaider coupable devant la justice. Une manière de faire amende honorable qui peut aussi être lue comme une volonté de minorer sa peine. La procédure de "plaider-coupable" prévoit ainsi de "proposer au prévenu une peine inférieure à celle encourue en échange de la reconnaissance de sa culpabilité", selon le site de l'administration vie-publique.fr.

Les audiences du procès d'Agnès Saal devant le tribunal de grande instance de Créteil sont prévues les 11 et 15 avril.

 

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Agnès Saal avait reconnu sa "faute", tout en disant être "l'opposé de cette image de haut fonctionnaire cupide qui dilapide les fonds publics".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-