François Fillon: l'homme qui a enfariné le candidat les Républicains avait été fiché "S" sans raison

François Fillon: l'homme qui a enfariné le candidat les Républicains avait été fiché "S" sans raison

Publié le 07/04/2017 à 16:44 - Mise à jour à 17:33
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Décrit comme "un jeune baroudeur", l'homme qui a enfariné François Fillon lors du meeting de Strasbourg jeudi aurait été fiché "S" sans raison à la suite d'un voyage touristique en Afghanistan il y a quelques années.

A Strasbourg jeudi 6 pour un meeting sur l'Europe et l'identité française, François Fillon a reçu sachet de farine entier sur la tête. Deux hommes ont été arrêtés par les forces de sécurité et étaient toujours maintenus en garde à vue ce vendredi 7. Parmi eux se trouve l'agresseur qui a été fiché "S" en 2012 par la DGSI après avoir "séjourné dans des pays sensibles", a indiqué une source policière à l'AFP. Cependant "sa fiche n'est plus active" a précisé cette même source.

L'homme se prénommerait Quentin et a aujourd'hui 27 ans. Surveillé par la DGSI à son retour d'un voyage en Afghanistan en 2011, où il a séjourné en tant que touriste, il n'y a jamais combattu, a indiqué une source proche de l'enquête. Cette dernière a précisé que "si tel avait été le cas, il aurait été incarcéré". Plusieurs albums photo retraçant son séjour à l'étranger ont été récupérés sur son profil Facebook. A première vue, rien ne semble indiquer un quelconque lien avec des forces armées.

Au moment de son voyage, l'homme avait indiqué être athée. Suite à des vérifications des services de renseignement, il n'a montré aucun signe de radicalisation, ni aucun lien avec un quelconque groupe terroriste islamiste. Par conséquent, il n'est actuellement plus suivi.

LCI a décrit l'enfarineur comme "un jeune baroudeur". Avant de vider le sac de farine sur le candidat Les Républicains à la présidentielle, Quentin aurait crié "lobbyiste" et "escroc". C'est en portant un T-shirt avec l'inscription "les étudiants avec Fillon", qu'il est parvenu à se rapprocher de sa victime.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Surveillé par la DGSI à son retour d'un voyage en Afghanistan en 2011 où il a séjourné en tant que touriste, le suspect n'y a jamais combattu a indiqué une source proche de l'enquête.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-