Fusillade dans un Thalys: deux militaires américains empêchent un carnage

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Fusillade dans un Thalys: deux militaires américains empêchent un carnage

Publié le 21/08/2015 à 23:01 - Mise à jour à 23:10
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JmC
-A +A

Deux militaires américains ont été blessés, par balle et par arme blanche, en maîtrisant un homme armé vendredi en fin d'après-midi à bord d'un train Thalys assurant la liaison entre Amsterdam et Paris. L'homme a été remis à la police, qui privilégie la piste terroriste.

Deux militaires américains en civil et en permission ont été blessés vendredi en empêchant ce qui aurait pu tourner au carnage à bord d'un train Thalys reliant Amsterdam à Paris: ils ont maîtrisé un homme armé d'une kalachnikov et d'une arme blanche.

L'un a été blessé par balle et "son pronostic vital est engagé", selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet, l'autre, "moins grièvement atteint", a été blessé au cou par arme blanche.

L'acteur Jean-Hugues Anglade, qui a joué dans 37º2 le matin et la série télé de Canal+ Braquo, faisait partie des quelque 550 passagers du train et a été légèrement blessé à la main en brisant une vitre pour tirer la sonnette d'alarme.

L'agresseur a été remis à la police en gare d'Arras (Pas-de-Calais), où a été détourné le train, et les enquêteurs privilégiaient en début de soirée la piste terroriste puisque la section antiterroriste du parquet de Paris a annoncé se saisir de l'enquête, "en accord avec le parquet local, au vu de l’armement utilisé, du déroulé des faits et du contexte".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place et a souligné que "la plus grande prudence et la plus grande précision s'imposent" dans les premières heures de cette enquête. "J'appelle chacun à la plus grande prudence quant à l'identité, quant au profil de l'individu qui a été maîtrisé et qui est auditionné par les services de police en charge de l'enquête", a-t-il ajouté.

Le ministre a "tenu à venir pour rendre visite aux blessés atteints par la violence barbare d'un passager (...). Je tiens, avec le président de la République et le Premier ministre, à exprimer à ces deux passagers américains, qui ont été particulièrement courageux, qui ont fait montre d'une grande bravoure dans des circonstances extrêmement difficiles, toute notre gratitude et toute notre reconnaissance et notre admiration pour le sang-froid dont ils ont témoigné, et sans lequel nous aurions peut-être été confrontés à un drame terrible", a-t-il déclaré. "J'ai également rencontré l'acteur Jean-Hugues Anglade, qui lui aussi a été blessé".

Les faits ont eu lieu vers 17h45, a précisé Bernard Cazeneuve. Selon La Voix du Nord, les militaires "auraient entendu dans les toilettes le bruit de la culasse d’une arme lourde en train d’être chargée. Ils seraient intervenus pour maîtriser l’homme avant qu’il ne puisse utiliser l’arme dans la rame". C'est en sortant des toilettes que l'homme aurait tiré sur le premier militaire, puis aurait blessé le second à l'arme blanche, avant d'être maîtrisé. Les premières informations faisaient état d'une nationalité britannique pour ce second blessé.

Un porte-parole de la SNCF a confirmé que l'homme était en possession d'armes blanches et d'armes à feu. Selon la chaîne i>Télé, il possédait même dans ses bagages un véritable arsenal: un fusil d'assaut, un pistolet automatique, un cuter, des lames de rasoir, une machette et des chargeurs.

Le suspect, remis aux policiers et conduit au commissariat d'Arras, serait marocain ou d'origine marocaine et serait âgé de 26 ans, selon les enquêteurs. Il serait monté à bord du train en gare de Bruxelles. Selon une source policière, il faisait l’objet d’une fiche de renseignements, mais ses motivations restaient inconnues vendredi soir.

Le chef de l'Etat François Hollande, sur le compte Twitter de l'Elysée, a "fait part de (sa) solidarité aux blessés de l'attaque du train Amsterdam-Paris. Tout est mis en œuvre pour faire la lumière sur ce drame".

De son côté le Premier ministre Manuel Valls a exprimé, également sur Twitter, son "soutien aux victimes, gratitude à ceux qui sont intervenus. La mobilisation des forces de l'ordre est totale".

 

Auteur(s): JmC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un membre de la police scientifique près du Thalys en gare d'Arras, vendredi soir.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-