Fusillade de Strasbourg: pourquoi Chérif C. devait être interpellé le matin même

Fusillade de Strasbourg: pourquoi Chérif C. devait être interpellé le matin même

Publié le 12/12/2018 à 17:08 - Mise à jour à 17:18
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Chérif C., l'auteur de la fusillade de Strasbourg, devait être interpellé le matin même. Il était en effet sous le coup d'une enquête pour "tentative d'assassinat" et "association de malfaiteur", mais sans aucun lien avec le terrorisme islamiste, bien qu'il soit connu pour sa radicalisation.

Lorsqu'il a ouvert le feu sur la foule mardi soir près du marché de Noël de Strasbourg, Chérif C. était en cavale pour une affaire ne présentant aucun lien avec le terrorisme islamiste. Si le jeune homme de 29 ans était connu pour sa radicalisation, celle-ci s'exprimait jusque-là par le prosélytisme et non par la violence. En revanche, il était connu pour plusieurs cambriolages, et la dernière affaire avait dégénéré en tentative de meurtre.

Les faits remontent à août dernier. Avec trois complices, Chérif C. se serait rendu au domicile d'un individu avec lequel lui et ses comparses étaient en litige pour le cambrioler et lui soutirer de l'argent, rapporte Le Parisien. Ils s'étaient rendus au domicile de la victime avec des armes de poing et des armes blanches. Des coups de feu avaient été tirés sans faire de blessé, mais l'homme avait reçu un coup de couteau. Le quatuor avait pris la fuite.

Voir: Toujours en fuite, le tireur de Strasbourg est un radicalisé au lourd passé judiciaire

Il avait fallu plusieurs mois de travail aux enquêteurs pour établir l'identité des suspects. Mardi 12 au matin, ils se sont rendus notamment chez Chérif C. tandis que cinq de ses proches étaient interpellés dans le cadre de cette instruction pour "tentative d'homicide" et "association de malfaiteur", sans aucun lien avec une affaire de terrorisme donc. Le suspect n'était cependant pas chez lui. La perquisition a permis de découvrir une arme de poing  de petit calibre, deux couteaux et une grenade défensive.

La coïncidence entre cette interpellation manquée et le passage à l'acte du délinquant multirécidiviste apparaît troublante, mais elle ne pourra être établi que si Chérif C. était interpellé et interrogé. Cela pourrait également permettre de définir s'il a agit au nom du djihad ou pour d'autres raisons.

Lire aussi:

Attentat de Strasbourg: qui sont les victimes de la fusillade?

Attentat de Strasbourg: Cherif C. pourrait déjà être loin

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Chérif C. devait être interpellé le jour-même de l'attaque de Strasbourg.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-