Fusillade à Montrouge : deux survivants racontent leur face-à-face avec Coulibaly

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 23 octobre 2015 - 12:07
Image
La police technique et scientifique sur les lieux de la fusillade de Montrouge.
Crédits
©Charles Platiau/Reuters
Deux survivants de l'attaque de Montrouge ont décidé de témoigner pour la première fois.
©Charles Platiau/Reuters
Dix mois après les attentats de janvier, deux survivants de l’attaque de Montrouge (Hauts-de-Seine) perpétrée par Amedy Coulibaly ont décidé de sortir du silence en racontant leur face-à-face avec leur agresseur. Pour leur acte de bravoure, ils ont été décorés jeudi 22, recevant la médaille d'or de la Sécurité intérieure.

Ils sortent du silence. Dix mois après les attentats de janvier, deux survivants de l’attaque de Montrouge (Hauts-de-Seine) perpétrée par Amedy Coulibaly ont décidé de raconter leur face-à-face du 8 janvier 2015 avec leur agresseur, dans un témoigage ce vendredi 23 au Parisien. Ce jour-là, Mathis (prénom d'emprunt) et Eric Urban, tous deux chefs d'équipe propreté à la mairie de Montrouge, sont appelés pour un banal accident de la route. Sur place, Clarissa Jean-Philippe, une policière municipale qui sera mortellement touchée par Amedy Coulibaly, intervient également. 

Arrivé sur les lieux, Mathis voit un homme qui "fait un pas en arrière, sort un fusil d'assaut", puis tire un premier coup de feu. Il s'agit d'Amedy Coulibaly. "J'ai croisé un taré le 8 janvier. Coulibaly, c'est un taré", a-t-il estimé avant de confier qu'il devait probablement être "shooté", l'agresseur étant désinhibé face à la violence. Au mauvais endroit au mauvais moment, son co-équipier Eric se prend directement une balle, tout comme Clarissa Jean-Philippe. "J'étais paralysé pendant une ou deux secondes. Mais on comprend que, si on ne réagit pas, on va mourir. Je me suis dit: +il ne faut pas que je tombe par terre+", s'est-il souvenu. Grièvement blessé au visage, il s'en sortira malgré tout.

Face à ce déferlement de violence, Mathis n'a plus le choix: "le seul moyen de survivre, c'est de lui sauter dessus comme une sangsue", a-t-il raconté avant d'ajouter: "ça a duré longtemps. J'ai arraché sa cagoule, j'ai tenté de le frapper". Dans la lutte, Amedy Coulibaly laisse échapper une seule phrase: "Tu veux jouer, tu vas crever". S'il se retrouve à genoux, Mathis parvient tout de même à saisir d'une main le canon de l'arme du terroriste. Amedy Coulibaly tente alors de mettre son autre main dans la poche afin d'attraper sa deuxième arme, en vain. Mathis parvient à l'en empêcher en lui attrapant le bout de la manche. 

Déterminé à terminer ce qu'il a commencé, le tireur le frappe avec le canon du fusil, sort un pistolet Tokarev avec lequel il tente de tirer. Mais au moment du clic, aucune balle ne sort, l'arme étant enrayée. Le terroriste range alors ses armes et repart, laissant Mathis sain et sauf. Amedy Coulibaly sera tué le lendemain, lors de l'assaut du RAID contre la supérette casher de la Porte de Vincennes à Paris, où il avait pris des otages et tué quatre personnes.

Si aujourd'hui les deux agents de voirie vont bien, ils estiment toutefois avoir été "oubliés". "Aucun soutien, rien, même pas une poignée de main. J'ai vécu le néant pendant dix mois", a déploré Mathis, tandis qu'Eric, qui doit encore subir des soins, a "l'impression d'être tombé dans une oubliette". Un évènement a pu toutefois attenuer leur amertume: ils ont reçu du préfet des Hauts-de-Seine, jeudi 22, la médaille d'or de la Sécurité intérieure pour leur acte de bravoure le 8 janvier dernier.

 

 

À LIRE AUSSI

Image
Amedy Coulibaly dans une vidéo posthume diffusée sur les réseaux sociaux le 11 janvier 2015.
Attentats de Paris : la moto d'Amedy Coulibaly retrouvée à Montrouge
La moto d'Amedy Coulibaly a été retrouvée non loin du lieu de la première fusillade pendant laquelle il avait tué Clarissa Jean-Philippe, une policière municipale, le ...
22 février 2015 - 16:17
Société
Image
Amedy Coulibaly, auteur présumé de l'assassinat de Montrouge et de la prise d'otages porte de Vincennes.
Qui est Amedy Coulibaly, tueur de Montrouge et preneur d'otages de la porte de Vincennes ?
Le tireur présumé de Montrouge et auteur de la prise d'otages de la porte de Vincennes a été identifié comme Amedy Coulibaly. Un homme largement connu des services de ...
09 janvier 2015 - 16:36
Société
Image
La police et les pompiers sur place après la fusillade de Montrouge.
Fusillade à Montrouge (Hauts-de-Seine) : la policière a succombé à ses blessures
Une fusillade a eu lieu ce jeudi matin à Montrouge, au sud de Paris. Un homme aurait ouvert le feu sur des policiers. Un membre des forces de l'ordre est décédé des su...
08 janvier 2015 - 10:26
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Hollande
François Hollande, président belliqueux, mais adepte du scooter
Entre théories politiques floues, promesses électorales non tenues et un penchant pour l'action militaire “à mi-chemin", François Hollande aura été plus souvent à la t...
13 juillet 2024 - 12:16
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.