Gard: un homme condamné à 27 ans de prison pour avoir commandité le meurtre de sa femme dans le lit conjugal

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Gard: un homme condamné à 27 ans de prison pour avoir commandité le meurtre de sa femme dans le lit conjugal

Publié le 08/03/2017 à 20:16 - Mise à jour à 20:18
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un ingénieur et directeur de société de 45 ans a été condamné à 27 ans de prison pour avoir voulu faire abattre sa femme dans leur lit conjugal. Cette dernière a survécu miraculeusement.

La peine est exemplaire. Elle est surtout plus élevée pour le commanditaire que pour son exécutant. Fabrice Autrand, un ingénieur et directeur de société de 45 ans a été condamné à 27 ans de prison ce mercredi 8 par la cour d'assises du Gard à Nîmes pour avoir commandité le meurtre de sa femme pour 15.000 euros.

Celui que la cour a reconnu comme étant le tueur à gages, Mourad Bouabida, un agent de sécurité malvoyant de 47 ans, a été condamné à 20 ans de prison, pour "complicité de tentative d'assassinat". Celle qui aurait dû mourir ce soir-là, Rachel Callegher, a survécu en échappant de peu à la mort.

Le 6 avril 2013, vers 2h du matin, un tueur pénètre dans la chambre conjugale où le couple dort. L'homme vêtu de noir pose un coussin sur la tête de l'épouse de Fabriuce Autrand et lui tire trois balles à bout portant. Son arme s'enraye et il s'enfuit. Le mari n'a pas bougé, et Rachel Callegher en réchappe miraculeusement, en restant profondément traumatisée.

Huit mois plus tard, alors que le couple est toujours ensemble, Fabrice Autrand est arrêté. Il reconnaît alors l'incroyable vérité. Oui, il a commandité le meurtre de son épouse, alors que leur petit garçon de dix mois à l'époque dormait à côté (Fabrice Autrand s'est vu d'ailleurs retirer l'autorité parentale). Il a échafaudé un plan de meurtre directement dans le lit conjugal pour essayer de brouiller les pistes. Le mobile? Sa femme était en conflit ouvert avec la mère du commanditaire, et les deux femmes devaient se rencontrer le 7 avril pour une explication qui s'annonçait brutale. C'est pour éviter l'inconfort de devoir supporter une telle rencontre que Fabrice Autrand a préparé le meurtre de sa femme.

Mourad Bouabida, par contre, a toujours contesté être le tueur à gages. Ses avocats avaient d'ailleurs plaidé l'acquittement pour absence de preuves. Le jury ne les ont pas suivi.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une peine de 30 avait été requise contre le commanditaire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-