Garde à vue pour des Tupperwares: Ikea pointé du doigt

Garde à vue pour des Tupperwares: Ikea pointé du doigt

Publié le 10/10/2018 à 17:20 - Mise à jour à 19:55
© PASCAL GUYOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'enseigne Ikea est visée par de nombreux internautes ce mercredi sur Twitter. Une cliente affirme avoir fini avec son père en garde à vue à cause d'une erreur malheureuse, d'un directeur agressif et de policiers particulièrement zélés [Mise à jour à 18h30 avec la réaction d'Ikea].

[Voir mise à jour en bas d'article: la réaction d'Ikea, que France-Soir a pu joindre de nouveau suite au premier contact]

Seule la version des faits de la cliente d'Ikea a pour l'instant été dévoilée, témoignant d'une rocambolesque affaire qui l'a menée en garde à vue pour une histoire de Tupperwares. Il convient donc de prendre les faits évoqués avec précaution. Mais l'affaire amuse ou scandalise déjà sur les réseaux sociaux. 

Une certaine Emilie affirme sur Twitter avoir été rattrapée par la sécurité à la sortie d'un magasin de la célèbre enseigne à cause d'une erreur après avoir acheté des boîtes hermétiques en verre. Or, les bocaux et les couvercles devaient être payés séparément. La jeune fille et son père seraient donc, selon elle, malencontreusement passé à la caisse sans payer une partie de leurs achats.

Si le vigile se serait montré compréhensif, le directeur du magasin l'aurait été beaucoup moins. "Vous avez volé quoi", " vous n'admettez pas que vous avez volé, je fais une déposition de vol", aurait-il déclaré, toujours selon le récit de la cliente.

Puis, une fois la police prévenue par le gérant arrivée sur les lieux, la situation auraient dégénéré. Au point que le père et la fille ont été placés en garde à vue. Emilie a raconté sur Twitter l'état repoussant des cellules, l'obligation de se déshabiller "devant tout le monde", les photos et le prélèvement ADN. Une situation qui apparaît ubuesque au regard des faits reprochés.

Puis tout serait rentré dans l'ordre avec le changement d'équipe du commissariat. Ces autres policiers en découvrant la situation de ces deux gardés à vue auraient contacté la juge directement. Alors que les premiers fonctionnaires avaient évoqué une possible garde à vue de 48 heures, le père et sa fille seront finalement libérés après quelques heures. Une privation de liberté tout de même et pour à peine quelques euros de préjudice (fortuit qui plus est).

Sur Twitter les nombreuses réactions des internautes sont arrivées jusqu'au siège français d'Ikea. Contactée par France-Soir, l'entreprise affirme avoir lancé une enquête interne pour établir les faits, seulement quelques heures après que ces allégations ont été publiées. La marque nous a bien confirmé l'existence d'un "incident", sans confirmer de quel type, ni donner plus d'éléments.

Mise à jour à 18h30: Suite à la parution de cet article et un premier contact téléphonique, Ikea nous a recontacté pour donner une réaction. La voici:

"Ikea confirme cet incident survenu le 1er octobre au magasin de Strasbourg".

"Ikea privilégie toujours le dialogue et regrette cette situation".

"Ikea présente ses excuses et s'engage à retirer sa plainte". 

Interrogée par France-Soir à propos de la véracité du récit de l'incident fait par la jeune Emilie sur Twitter, Ikea n'a apporté de démenti ni sur les faits, ni sur le montant du préjudice. 

Mise à jour à 19h57: Suite à la précédente mise à jour Ikea nous a recontacté pour modifier sa réaction: ils confirment désormais "avoir eu connaissance d'un incident" survenu au magasin de Strasbourg le 1er octobre.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une jeune femme dit avoir fini en garde à vue avec son père pour un malentendu chez Ikea.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-