Gennevilliers: l'adolescent perd un œil dans une bagarre, deux jeunes en prison

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gennevilliers: l'adolescent perd un œil dans une bagarre, deux jeunes en prison

Publié le 09/03/2018 à 12:37 - Mise à jour à 12:51
©Hadj/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Mardi, une rixe qui avait éclaté à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) s'est achevé par un passage un tabac d'un adolescent qui a perdu un œil. Deux majeurs ont été mis en examen et placés en détention.

La bagarre a dégénéré et un adolescent est maintenant handicapé à vie tandis que deux autres dorment en prison.

Les faits remontent au mardi 6 dans la matinée. Dans la commune de Gennevilliers (département des Hauts-de-Seine) aux portes de Paris. Deux membres de bandes rivales se retrouvent et une rixe éclate. Les coups ont-ils immédiatement été échangés, les bandes s'étant donné rendez-vous pour en découdre? Ou y a-t-il un motif ayant transformé une situation tendue en rencontre qui dégénère? La réponse n'est pas encore connue avec certitude.

La rixe va déraper lorsque sera sortie une arme, en l'occurrence un pistolet à grenaille, une arme qui envoie de petites billes de plomb qui n'est plus en vente libre. Cette arme n'est généralement guère dangereuse à bonne distance, mais peut être mutilante pour une victime en cas de tir à bout portant. Ce qui a été le cas mardi soir.

Un adolescent de 16 ans a en effet été touché par une décharge en plein visage lors de la rixe. Le malheureux a été roué de coups avant de recevoir trois décharges de grenaille à bout portant qui lui ont brûlé la joue et détruit un œil. Le jeune homme restera borgne suite à cette attaque.

Lire aussi - Etudiante éborgnée: 4 policiers renvoyés en correctionnelle à Grenoble

Deux jeunes majeurs âgés de 18 et 19 ans ont été arrêtés le jour même vers midi. Placés en garde à vue, ils ont été mis en examen jeudi pour "violence avec arme suivi de mutilation ou d'une infirmité permanente", des faits passibles de 15 ans de prison. Ils ont été placés en détention provisoire.

Depuis dimanche 4, les bagarres se multiplient entre les jeunes de deux quartiers populaires de Gennevilliers. La nature du contentieux entre les deux groupes n'est pas connue.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les deux jeunes ont été placés en détention provisoire (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-