Gilets jaunes: des vêtements volés sur les Champs-Elysées retrouvés en Dordogne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Gilets jaunes: des vêtements volés sur les Champs-Elysées retrouvés en Dordogne

Publié le 22/03/2019 à 15:52 - Mise à jour à 16:18
© Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Lundi 18, cinq personnes proches du mouvement des Gilets jaunes ont été arrêtées à Bergerac (Dordogne) dans une affaire d'incendie volontaire. Chez l'une d'entre elles ont été découverts des vêtements de marque dérobés lors du pillage de magasins sur les Champs-Elysées le samedi 18 mars.

A priori, les deux enquêtes n'avaient aucun rapport. Et pourtant, elles ont finalement un suspect commun. Le journal Sud-Ouest révèle qu'un homme arrêté, parmi un groupe de cinq personnes, pour une affaire portant sur une séries d'incendies volontaires et habitant en Dordogne est maintenant soupçonné d'avoir dérobé des vêtements de marque… dérobés à Paris en marge du mouvement des Gilets jaunes. L'homme détenait chez lui des pièces qui ont été dérobées lors du saccage des Champs-Elysées samedi 16 mars, en marge de l'Acte 18 du mouvement.

Lundi 18 mars, cinq personnes ont été interpellées par les services de police et de gendarmerie, suspectées d'être à l'origine de départs de feu près de bâtiments publics à La Force et à la mairie de Colombier, dans la nuit du 23 au 24 décembre 2018. D'autres faits similaires pourraient être liés à ces individus: une guinguette à Bergerac fin décembre, un engin de chantier appartenant au départementnt et un pylône relais de SFR, tous incendiés.

Sur les cinq hommes arrêtés, âgés de 27 à 50 ans et qui auraient reconnu les faits, deux ont participé à la manifestation parisienne des Gilets jaunes samedi 16. Et chez l'un d'entre eux a donc été retrouvée une partie de la marchandise volée sur la grande avenue parisienne.

Lire aussi - Saccage du Fouquet's: un couple d'Indre-et-Loire en garde à vue 

Les cinq suspects, deux femmes et trois hommes, sont des partisans des Gilets jaunes. Décrits par la presse locale comme ayant "des situations professionnelles modestes" et habitant Bergerac, ils se seraient rencontrés lors de divers événements en lien avec le mouvement.

Trois suspects ont été laissés libres sous contrôle judiciaire tandis que les deux autres ont été placés en détention provisoire. Ils risquent jusqu'à 10 ans de prison.

Voir aussi:

Gilets jaunes: les militaires de Sentinelle pourront tirer samedi

Champs-Elysées ou "chez Castaner"? Où manifesteront les Gilets jaunes samedi

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les vêtements avaient été volés lors du pillage des Champs-Elysées le 18 mars.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-