Gilets jaunes - Morts, comas, blessés: le bilan des violences de samedi (vidéo)

Gilets jaunes - Morts, comas, blessés: le bilan des violences de samedi (vidéo)

Publié le 03/12/2018 à 16:02 - Mise à jour à 16:30
© ERIC LALMAND / BELGA/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le nombre de blessés se chiffre en centaines après les violences qui ont émaillé les manifestations des gilets jaunes samedi. Deux morts a priori accidentelles sont à déplorer et deux autres personnes étaient encore dans un état très grave ce lundi. Plus de 400 blessés sont aussi à déplorer rien qu'à Paris.

La journée de mobilisation des gilets jaunes, samedi, a connu son lot de drames. Les violences de Paris ont été particulièrement médiatisées, avec notamment un blessé dans le coma et des centaines d'interpellations. Mais c'est en province que le bilan a été le plus lourd avec deux décès et un jeune homme entre la vie et la mort.

> Un mort sur un barrage à Arles

Dans la nuit de samedi à dimanche, un conducteur a été victime d'un accident de la route aux abords d'un barrage des gilets jaunes. Il a percuté un camion arrêté par les manifestants avant d'être lui-même embouti par un autre véhicule.

Voir: Arles: un mort dans un carambolage sur un barrage de gilets jaunes

Une octogénaire tuée à Marseille

Il s'agirait une nouvelle fois d'un drame indirectement lié aux heurts qui ont opposé casseurs et forces de l'ordre. Une femme de 80 ans a été blessée dans son propre appartement par ce qui serait une grenade lacrymogène. Touchée au visage par le projectile passé par sa fenêtre, elle a été hospitalisée mais est décédée quelques heures plus tard d'un choc opératoire. L'enquête devra établir le rôle qu'a joué la grenade dans ce décès et d'où elle provenait.

Un homme dans le coma après l'incident des Tuileries

Lors des heurts qu'a connus Paris samedi, un groupe de manifestants s'en est pris aux grilles du jardin des Tuileries. Lorsque l'une d'elle a cédé, elle est tombée sur un groupe de personnes, faisant plusieurs blessés dont un très gravement touché qui était toujours dans le coma dimanche 2.

Un autre entre la vie et la mort après un tir de "Flash ball"

France-Soir a révélé ce lundi qu'un homme de 28 ans qui manifestait à Toulouse a été atteint à la tête par un tir de lanceur de balles de défense (couramment désigne sous le nom de flash ball). Selon sa mère, il était toujours entre la vie et la mort ce lundi 3. Les médecins lui ont dit qu'il pouvait mourir "à tout moment".

Les blessés et les interpellations se comptent en centaines

Tous les bilans n'étaient pas définitifs ce samedi. Mais on pouvait déjà dénombrer 133 blessés à Paris et 57 à Toulouse (dont 48 membres des forces de l'ordre), où la manifestation a dégénéré, ainsi que 70 au Puy-en-Velay dont la préfecture a été prise d'assaut. Des blessures parfois graves comme on peut le voir sur une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux. On peut y voir un gilet jaune d'un certain âge gravement blessé au visage. Les internautes dénoncent un tir de lanceur de balles au visage, information qui n'avait cependant pas été confirmée et donc à prendre avec précaution.

Plus de 400 interpellations ont eu lieu à Paris et des dizaines d'autres en province.

Déjà lors des actions des semaines précédentes, deux personnes ont trouvé la mort dans des accidents en marge de barrage des gilets jaunes. Une manifestante avait été écrasée par une automobiliste dans l'Isère. Un motard qui remontait un bouchon a percuté un camion qui faisait demi-tour dans la Drôme.

Lire aussi:

Mort d'une gilet jaune en Savoie: la conductrice a volontairement redémarré

"Gilets jaunes" dans la Drôme: mort d'un motard grièvement blessé lundi

"Gilets jaunes": 400 millions d'euros de pertes pour les transporteurs routiers

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au moins deux personnes sont mortes et deux autres se trouvaient toujours dans un état grave après les manifestations des gilets jaunes de samedi.

Newsletter





Commentaires

-