Gironde: l'auteur présumé des fausses alertes terroristes dans plusieurs lycées arrêté... le jour de ses 18 ans

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gironde: l'auteur présumé des fausses alertes terroristes dans plusieurs lycées arrêté... le jour de ses 18 ans

Publié le 16/09/2016 à 07:53
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'auteur présumé des canulars téléphoniques faisant croire à des attaques terroristes dans plusieurs lycée de Gironde a été arrêté. Encore mineur au moment des faits, il a avoué les faits lors de sa garde à vue.

Il ets suspecté d’avoir provoqué la peur dans plusieurs lycées de la région bordelaise. Un jeune de 18 ans a été interpellé mardi13 septembrr a indiqué le parquet de Bordeaux aujourd'hui. L’homme pourrait être poursuivi pour "divulgation d'information fausse afin de faire croire à une destruction dangereuse", des faits passibles de 2 ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. Dans l’attente, le suspect devrait être laissé libre, sous contrôle judiciaire, sans passer par la case "détention préventive". En effet, selon la procureure de Bordeaux Marie-Madeleine Alliot, les faits ont été commis alors que le suspect était encore mineur. Il a d’ailleurs été arrêté le jour de ses 18 ans.

Le 5 septembre dernier, le jeune homme est accusé d’avoir appelé successivement un lycée privé catholique de Bordeaux, le commissariat de la ville puis la gendarmerie de Gujan-Mestras, une commune non loin d’Arcachon, pour alerter sur de possibles opérations terroristes en cours dans les établissements scolaires.

Il y évoquait notamment pour l’un des établissements la présence de "trois jeunes de type arabe avec des sacs de sport", et pour l’autre de "trois jeunes de type maghrébin, barbus, porteur pour l'un d'une djellaba, avec des sacs de sport".

La description précise que faisait l’auteur présumé des faits dans son canular ont amené les autorités à évacuer les établissements, créant une vive émotion sur place. La procureure a évoqué le cas à Gujan-Mestras, d’un homme ayant entendu l'alerte sur les médias et qui, "l'ayant prise au sérieux, était sorti de chez lui avec une arme pour +en découdre+".

Le jeune homme ne s’est pas servi d’un téléphone pour passer ses appels mais, selon les autorités de "moyens sophistiqués" sans précier lesquels. Ce qui n’a pas empêché la police de finalement appréhender le jeune homme, qui aurait reconnu les faits, bien que son mobile exact reste à préciser.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le suspect était encore mineur au moment des faits.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-