Gironde: un gang de cambrioleurs roumains pris en flagrant délit, il visait les magasins de bricolage

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gironde: un gang de cambrioleurs roumains pris en flagrant délit, il visait les magasins de bricolage

Publié le 22/09/2017 à 07:39 - Mise à jour à 07:40
©Matthieu Alexandre/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Quatre membres d'un gang de cambrioleurs roumains ont été mis en examen après avoir été interpellés samedi en Gironde. Depuis plusieurs mois, ils commettaient leurs vols dans la moitié ouest de la France la nuit et rentraient au Pays basque, côté espagnol. Les magasins de bricolage étaient leur principale cible. Le butin accumulé s'élèverait à des dizaines de milliers d'euros.

Quatre membres appartenant à un gang de cambrioleurs roumains ont été mis en examen pour vols puis écroués à la prison de Bayonne, après avoir été arrêtés suite à un flagrant délit samedi 16 en Gironde.

Depuis plusieurs mois, les enquêteurs de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) étaient sur le coup. Ils avaient fait le rapprochement entre les nombreux excès de vitesse enregistrés de nuit et commis par des camionnettes et des fourgons immatriculés en Espagne, puis les cambriolages perpétrés dans différents magasins d'outillage et de bricolage situés dans le quart sud-ouest de la France.

Selon Europe 1, les véhicules conspiratifs ont été flashés une quinzaine de fois par les radars de vitesse en quelques mois.

Les cambrioleurs commettaient en effet leurs vols de nuit en France. Mais pas uniquement dans le Sud-Ouest. Leur terrain de "jeu" couvrait une zone plus large allant de l'Occitanie à la Bretagne. Une fois le larcin visé en poche, ils repartaient à toute vitesse dans le Pays basque espagnol, où ils résidaient.

Lorsque ces quatre-là ont été arrêtés, quatre autres individus venaient de les rejoindre mais ils n'ont pas été arrêtés par les forces de l'ordre car rien ne les reliait aux cambriolages.

Selon les premières informations, le butin global, accumulé depuis des mois, serait assez conséquent. La police judiciaire de Bayonne travaille actuellement à l'évaluer le plus précisément possible. Mais il pourrait y en avoir pour des dizaines, et peut-être même des centaines, de milliers d'euros.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le butin des cambriolages pourrait s'élever à des dizaines voir des centaines de milliers d'euros. (Illustration)

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-