Grâce à son ADN, un violeur présumé est retrouvé huit ans après

Grâce à son ADN, un violeur présumé est retrouvé huit ans après

Publié le 11/02/2016 à 16:55 - Mise à jour à 17:01
©Mic/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Soupçonné d'avoir violé une étudiante suédoise à Paris en 2008, un homme d'une cinquantaine d'années a été interpellé mercredi par la gendarmerie grâce à son ADN.

Un homme d'une cinquantaine d'années, soupçonné d'avoir violé une étudiante suédoise à Paris en 2008 en se faisant passer pour un chauffeur de taxi, a été interpellé huit ans plus tard grâce à son ADN, a-t-on appris jeudi de la gendarmerie. Le suspect a été déféré au parquet du tribunal de Versailles jeudi 11 février après-midi, avant une éventuelle mise en examen par un juge d'instruction dans la soirée, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

L'affaire était née en février 2008, lorsqu'une étudiante suédoise âgée de 19 ans avait été secourue sur une route des Yvelines, à une trentaine de kilomètres de Paris, errant sur la chaussée et partiellement dévêtue. Elle avait expliqué avoir pris, quelques heures plus tôt, ce qu'elle croyait être un taxi à la sortie d'une discothèque parisienne située à deux pas des Champs-Élysées. Selon elle, le conducteur l'avait ensuite agressée sexuellement et violée.

De lourds moyens avaient été déployés par la section de recherches de la gendarmerie des Yvelines, qui avait mis en évidence un ADN masculin suspect, mais non-référencé dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG). Près de huit ans plus tard, une trace similaire est apparue dans le fichier: celle d'un homme condamné pour de simples dégradations, mais qui ne s'est pas acquitté de l'amende à laquelle il a été condamné. La justice a alors ordonné la consignation de son identité génétique dans le FNAEG. Le suspect n'avait en revanche jamais été jusqu'alors poursuivi pour des infractions à caractère sexuel. Il a été interpellé mercredi 10 matin à son domicile de l'Essonne, dans la banlieue sud de Paris, avant d'être placé en garde à vue.

"Il y a un certain nombre de faits qu'il n'a pas pu nier", a commenté auprès de l'AFP une source proche de l'enquête. Le FNAEG traite pas moins de trois millions de profils génétiques correspondant à 2,6 millions d'individus, qui constituent une gigantesque base de données grâce à laquelle quelque 126.000 rapprochements ont pu être effectués depuis le lancement officiel du fichier en 2001. En 2014, le fichier comptabilisait encore 240.000 "traces non-résolues". "Le temps joue contre l'enquête dans les premier jours, mais dès lors que les constatations ont été bien faites, tel que c'est le cas dans cette affaire, on finit par faire parler l'ADN", a encore commenté cette même source.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La gendarmerie a interpellé un homme soupçonné d'avoir violé une étudiante suédoise en 2008. (Image d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-