Grande-Synthe: les CRS refusent de partager le même hôtel que les migrants qu'ils ont évacués

Grande-Synthe: les CRS refusent de partager le même hôtel que les migrants qu'ils ont évacués

Publié le 21/09/2017 à 07:42 - Mise à jour à 07:44
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des CRS qui étaient mardi sur l'évacuation du camp de migrants de Puythouck, à Grande-Synthe dans le Nord, ont retrouvé le soir les personnes qu'ils avaient délogées le matin même à l'hôtel qu'ils avaient réservé. Ils ont fait appel à leur syndicat et ont été dirigés vers d'autres hôtels.

Ce n'était pas une question de places. Mardi 19 au soir, les CRS qui venaient de sortir de l'évacuation du camp de migrants de Puythouck à Grande-Synthe, dans le Nord, ont eu la surprise de retrouver le soir même, à l'hôtel Première classe de Valenciennes, les personnes qu'ils venaient de déloger. Atterrés, ils ont refusé de partager le même toit le temps d'une nuit, même s'il y avait suffisamment de chambres pour tout le monde. Celles préalablement réservées pour les CRS n'avaient pas été réquisitionnées pour les migrants.

En se rendant compte de cela, les 22 CRS concernés ont contacté leur syndicat, l'UNSA-Police, qui les a redirigés vers d'autres hôtels.

"On s'est retrouvés avec une cohabitation forcée. On avait déjà eu le problème à Loon-Plage, les associations louaient des chambres à des migrants et il y avait des tensions avec les réseaux de passeurs. Là on ne pouvait pas accepter ça", a expliqué Christophe Canon, délégué zonal CRS adjoint du syndicat, à France 3.

Plus de 600 personnes ont été évacuées de la "jungle" de Puytouck mardi selon La Voix du Nord, qui précise aussi que c'est la préfecture qui avait réservé quelques places d'hébergement dans cet hôtel. La majorité des réfugiés évacués ont fait l'objet d'une reconduite à la frontière, mais certains ont bénéficié de solutions de relogement d'urgence (d'autres sont passés à travers les mailles du filet).

Les associations n'ont pas non plus été satisfaites par la situation. "C'est n'importe quoi, ces opérations coûtent déjà assez cher. L'hôtel, ce n'est pas une mise à l'abri, le principe des CAO (Centres d'accueil et d'orientation) c'est d'avoir un suivi", s'est scandalisée Claire Millot, une bénévole de l'association Salam.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les CRS avaient affrété des bus privés pour évacuer le camp de migrants de Grande-Synthe.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-