Grenoble: trois jeunes condamnés à de la prison avec sursis pour avoir agressé un handicapé

Grenoble: trois jeunes condamnés à de la prison avec sursis pour avoir agressé un handicapé

Publié le 11/03/2015 à 15:23 - Mise à jour à 20:45
©Thomas Bresson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Les trois jeunes gens qui avaient agressé et filmé un jeune handicapé mental en février 2014 ont été condamnés mardi, par le tribunal pour enfants de Grenoble, à des peines de prison avec sursis.

Le tribunal de Grenoble a condamné, mardi 10, à des peines de prison avec sursis trois adolescents de 14, 15 et 16 ans qui avaient agressé un handicapé mental en février 2014 à Fontaine en Isère. Marie-Arlette Carlotti, alors ministre en charge des personnes handicapées, avait été profondément choquée par cette affaire, dénonçant le "cynisme de ces agresseurs et la vulnérabilité de la personne agressée".

L'un des agresseurs, qui n'était pas présent au procès, a été condamné à trois mois de prison assorti d'un sursis de mise à l'épreuve de deux ans comprenant notamment une obligation de soins, le dédommagement de la victime et l'interdiction de la fréquenter. Les deux autres prévenus ont été condamnés à des peines respectives de deux mois et un mois de prison avec sursis simple, ainsi qu'à une mesure de liberté surveillée jusqu'à leur majorité.

Les faits reprochés aux trois prévenus remontent au 2 février 2014. Ce jour-là, une vidéo titrée (orthographe d'origine) "Ptdrr tout a l'heur regardez skon a fait a un handicapé chui mort" est partagée sur le réseau social Facebook. Sur les images, on voit deux des jeunes tenir leur victime -un handicapé de 18 ans paraissant complètement hagard- par les bras, la bousculer, lui arracher sa capuche, puis la pousser dans un plan d'eau, lui immergeant les pieds et les mollets. Ne souffrant que d'un hématome à la joue, la victime s'était vu prescrire trois jours d'interruption temporaire de travail (ITT).

Rapidement, la vidéo en question était devenu virale sur les réseaux sociaux, les internautes s'indignant du comportement des trois garçons envers une personne vulnérable. De nombreuses personnes avaient réclamé qu'ils passent devant la justice, ce qui est désormais chose faite.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Trois adolescents poursuivis pour avoir agressé un jeune handicapé mental l'an dernier ont écopé de prison avec sursis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-