Grenoble: un étudiant harcèle et tue son ex-copine, 15 ans de prison ferme

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 14 juin 2018 - 14:50
Image
Réconcilier le couple police-justice, une initiative dans le Val-d'Oise
Crédits
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
Simon Thirel a été condamné à 15 ans de prison pour le meurtre de son ancienne petite-amie.
© DAMIEN MEYER / AFP/Archives
Un jeune étudiant de 22 ans a été condamné à 15 ans de prison ferme mercredi par la cour d'assises de l'Isère, à Grenoble. En 2015, il avait étranglé et poignardé son ancienne petite-amie qu'il harcelait depuis leur rupture.

Simon Thirel, 22 ans, avait lui-même demandé à la cour d'assises d'Isère d'être puni. Et il semblerait que les jurés l'aient entendu mercredi 13 à Grenoble. Le jeune étudiant a été condamné à 15 ans de prison ferme pour avoir tué son ancienne petite amie, Julie.

Les faits remontent au 2 octobre 2015. Le jeune homme séparé de son ex depuis quelques mois ne supportait pas la rupture et la harcelait. Il publiait aussi des messages violents à son sujet sur les réseaux sociaux.

Ce jour-là, il s'était introduit chez elle sans y être invité, et alors que la mère de Julie était présente, et avait été reçu par une gifle de la jeune femme lorsqu'il avait pénétré dans sa chambre.

A voir aussi: Grenoble - sa petite amie le quitte, il la poignarde à mort

L'étudiant en IUT a alors commis l'irréparable: il a étranglé la jeune femme durant 15 longues minutes avant de la poignarder une vingtaine de fois, principalement à la tête et au cou, a relaté 20 Minutes.

"Julie s’est vue mourir, elle a eu le temps de se voir mourir", a déclaré Marion Lozac'hmeur, l'avocate générale, qui a estimé que l'intention d'homicide ne faisait aucun doute au vu de la durée de l'étranglement.

"Je n’ai qu’un seul souhait pour vous tous qui allez me juger: il faut me punir et me permettre de me soigner. J’ai besoin de cette peine et de ces soins", avait auparavant déclaré Simon Thirel, avant de demander pardon aux proches et à la famille de la victime, tout en disant comprendre qu'ils ne puissent jamais lui pardonner.

À LIRE AUSSI

Image
Poignardée 23 fois en plein jour, Khadija Siddiqui, continue à se battre pour que son agresseur aille en prison, lors d'une interview avec l'AFP à Lahore, le 8 juin 2018
Pakistan: poignardée 23 fois, elle se bat pour que son agresseur aille en prison
Poignardée à 23 reprises en plein jour dans une rue passante, elle a vu son agresseur acquitté, à l'indignation générale. Khadija Siddiqui, devenue héraut des droits d...
14 juin 2018 - 13:04
Image
Une enquête en flagrance a été ouverte par le parquet de Bastia pour destruction de biens par substa
Haute-Vienne: une femme poignardée, ligotée et enterrée dans son jardin
Une femme, mère de deux enfants, qui avait disparu depuis le 28 mai, a été retrouvée morte jeudi dernier dans le jardin de sa résidence à Limoges (Haute-Vienne). Elle ...
11 juin 2018 - 18:52
Société
Image
Réconcilier le couple police-justice, une initiative dans le Val-d'Oise
Grenoble: sa petite amie le quitte, il la poignarde à mort
Simon Thirel, 22 ans, comparaîtra lundi devant la cour d’assises de l'Isère pour assassinat. Il avait étranglé et poignardé à mort son ex-petite amie en 2015.La cour v...
10 juin 2018 - 16:42
Société