Grogne des policiers: des syndicats appellent à manifester devant les palais de justice

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Grogne des policiers: des syndicats appellent à manifester devant les palais de justice

Publié le 21/10/2016 à 11:24 - Mise à jour à 11:44
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Plusieurs syndicats de policiers appellent ce vendredi à des rassemblements silencieux tous les mardis devant les palais de justice pour réclamer notamment la révision des règles de la légitime défense et le rétablissement des peines plancher pour les agresseurs des forces de l'ordre et des services des secours.

Plusieurs syndicats de policiers appellent à des "rassemblements silencieux devant les palais de justice" tous les mardis de 13h00 à 13h30 pour réclamer notamment la révision des règles de la légitime défense, a annoncé ce vendredi 21 l'intersyndicale dans un communiqué. "Soucieuses de laisser la légitimité des mouvements à ceux qui les ont initiés, les organisations membres de notre intersyndicale ne s'associeront pas à la prétendue +marche de la colère policière et citoyenne+, indécente opération de récupération", à laquelle le syndicat Unité-Police SGP-FO appelle le 26 octobre, affirment-elles.

L'intersyndicale regroupe notamment Alliance (premier syndicat de gardiens de la paix), Synergie Officiers, l'Unsa, des syndicats de commissaires (SCPN, SICP) ou encore la CFE-CGC. "Respectueuses de la légitime exaspération de nos collègues de tout grade, nous préférons consacrer notre énergie à la levée des obstacles qui entravent l'action de nos collègues", affirment encore ces organisations.

Les rassemblements devant les palais de justice visent ainsi selon elles à demander la "révision du cadre juridique d'emploi des armes", la "mise en place de peines plancher pour les agresseurs de membres des forces de l'ordre et services de secours", créées sous la droite et abrogées sous François Hollande. L'intersyndicale réclame également "l'alignement de la répression des outrages à personne dépositaire de l'autorité publique sur celle des outrages à magistrats dont les peines sont doubles".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers sont très remontés depuis l'agression d'un des leurs au cocktail Molotov début octobre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-