Groupe de Tarnac: renvoi en correctionnelle mais sans le motif "terroriste"

Groupe de Tarnac: renvoi en correctionnelle mais sans le motif "terroriste"

Publié le 09/08/2015 à 09:51 - Mise à jour à 15:53
©Fayolle Pascal/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Huit militants libertaires, dont Julien Coupat, sont renvoyés en correctionnelle dans l'affaire du groupe Tarnac, mais la qualification "terroriste" est abandonnée par la juge d'instruction en charge du dossier.

C'est un véritable retournement de situation que vient de vivre l'affaire dite du "groupe de Tarnac". Conformément à la demande du parquet de Paris en mai dernier, l'affaire et ses huit accusés sont renvoyés devant le tribunal correctionnel mais la juge d'instruction a requalifié les faits "d'entreprise terroriste" en "association de malfaiteurs" contre l'avis du parquet.

"Cette qualification (entreprise terroriste, NDLR) a été abandonnée pour l'ensemble des infractions", a confirmé une source judiciaire.  Le ministère public a encore cinq jours pour faire appel devant la chambre d'instruction.

L'affaire remonte à l'année 2008. Cinq sabotages ont été déplorés par la SNCF dans les nuits des 25 au 26 octobre et du 7 au 8 novembre  dans l’Oise, dans l’Yonne et en Seine-et-Marne. Des fers à béton usinés avaient été posés sur les caténaires des lignes ferroviaires et avaient occasionné de nombreux retards, mais aucun blessé. De l’aveu même des experts, ce dispositif ne peut engendrer aucun déraillement ni porter atteinte à la sécurité des voyageurs. La police avait interpellé une dizaine de personnes à Tarnac, un petit village de Corrèze. Le groupe est présenté comme proche de l’ultra-gauche et mis en examen pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste".

Cette affaire a suscité une vive polémique au cours des six années de procédure, le gouvernement et la ministre de l'Intérieur de l'époque, Michèle Alliot-Marie, ayant été accusés de l'instrumentaliser en insistant sur son caractère terroriste. Le manque de preuve incriminant les trois principaux accusés a, en outre, été souligné à de multiples reprises par la presse.

Quatre des militants de ce groupe  anarcho-autonomiste sont donc poursuivis pour "association de malfaiteurs": Julien Coupat, sa compagne Yildune Lévy et deux autres personnes. Les quatres autres le sont pour "tentatives de falsification de documents administratifs", "recel" de documents volés et "refus de se soumettre à des prélèvements biologiques".

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'affaire du "groupe de Tarnac" sera bien renvoyé en correctionnelle mais sans le motif "d'entreprise terroriste".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-