Guyane, territoire le plus meurtrier en 2016 avec 42 homicides

Guyane, territoire le plus meurtrier en 2016 avec 42 homicides

Publié le 25/01/2017 à 09:54
©Bohac Yann/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

En 2016, 42 personnes ont été victimes d'un homicide en Guyane. Il s'agit du chiffre le plus important de France, et le plus haut dans le département depuis plus de 10 ans.

La Guyane détient le triste privilège d'être le territoire français le plus meurtrier par nombre d'habitants avec 42 homicides commis en 2016, selon un document du parquet de Cayenne dont l'AFP a pris connaissance.

"Les chiffres ne sont pas bons (...) Nous devons regarder la réalité en face même si elle n’est pas belle et peut même être effrayante", avait indiqué le procureur de Cayenne, Éric Vaillant, en fin de semaine dernière à l'occasion de l'audience de rentrée du tribunal.

"Avec 42 homicides en 2016 contre 38 en 2015, la Guyane est le département le plus meurtrier de France en valeur relative - c’est à dire au regard de sa population - (...) et même sans doute en valeur absolue (...). Même Marseille et les Bouches du Rhône réputées pour leur violence sont en dessous des chiffres guyanais", a déclaré le procureur.

La population guyanaise pouvait être estimée fin 2016 entre 275.000 et 280.000 habitants : 252.338 au 1er janvier 2014 selon l'Insee et une croissance démographique autour de 3% par an. Une plaquette récente réalisé par le parquet de Cayenne rappelle des chiffres déjà élevés en en 2010, 2011 et 2012 en Guyane avec respectivement 35, 32 puis 38 homicides. Leur nombre a baissé en 2013 et 2014 avec 20 puis 28 homicides.

Mais le nombre de 42 homicides en Guyane pour l’année 2016 n’est pas un nouveau record. Selon de précédents bilans auxquels l'AFP a eu accès : 42 homicides y avaient déjà été perpétrés en 2005 et encore 38 en 2006.

En 2016, 60% des meurtres ont été commis par arme à feu en Guyane, où il n'existe pas encore de permis de chasse. Sur présentation d'une pièce d'identité, l'achat de ce type d'arme n'est donc pas limité selon le procureur.

S'ajoute à cela, la difficulté à enquêter dans les secteurs isolés en forêt. La délinquance guyanaise s'est accrue en milieu urbain. Le nombre de vols avec violence a régulièrement augmenté, notamment depuis deux ans, passant de 1694 en 2014 à 2338 en 2016.

Enfin, le nombre de "mules" (passeurs de cocaïne), parfois jeunes, y a plus que doublé en deux ans passant de 183 en 2014 à 371 en 2016.

Le procureur a récemment durci les conditions du voyage de mineurs non accompagnés en avion entre la Guyane et Orly, le subordonnant à une autorisation parentale.

Selon le procureur, six enquêteurs détachés de l'Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) "sont en Guyane depuis le 1er janvier avec pour mission de traquer les organisateurs du trafic de cocaïne".

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En 2016, 60% des meurtres ont été commis par arme à feu en Guyane, où il n'existe pas encore de permis de chasse.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-