Guyane: un enseignant mis en examen pour viol et agressions sexuelles sur ses élèves

Guyane: un enseignant mis en examen pour viol et agressions sexuelles sur ses élèves

Publié le 19/04/2015 à 10:52 - Mise à jour à 11:05
©Pol Emile/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): RT
-A +A

En Guyane, un enseignant français travaillant dans une école privée du bourg de Cacao, a été mis en examen samedi 18 pour des faits présumés de viol et d’agressions sexuelles sur quatre de ses élèves âgées d'entre huit et dix ans.

L’éducation nationale doit encore faire face à un nouveau scandale de pédophilie. En Guyane, un enseignant français de 62 ans travaillant dans une école privée du bourg de Cacao, dans la commune française de Roura, a été mis en examen samedi 18 pour des faits présumés de viol et d’agression sexuelle sur mineurs de moins de 15 ans, a indiqué le parquet de Cayenne. Selon le site de la chaîne locale 1ère , l’alerte a été donnée par un accompagnateur qui aurait entendu les enfants en parler au cours d’un voyage scolaire.

Le suspect, originaire d’Argenteuil (Val-d’Oise), est soupçonné d’avoir violé une fillette et d’en avoir agressé sexuellement trois autres. Les victimes présumées auraient entre huit et dix ans et seraient élèves dans ses classes, selon Marie-Noëlle Collobert, la magistrate de permanence au parquet de Cayenne. "On parle de CE1 et CM2", précise 1ère.  

Placé en garde à vue jeudi 16, l’homme, qui nie les faits, a ensuite été déféré devant le parquet qui a demandé sa mise en examen. Devant le manque d’éléments, le juge d’instruction et le parquet n’ont pas demandé son placement en détention provisoire.

L’enseignant a donc été laissé libre sous contrôle judiciaire. Cela lui interdit notamment de quitter la Guyane, où il enseigne depuis 2009, d'entrer en contact avec les victimes présumées, d'exercer toute activité susceptible d'être en contact avec des mineurs et de se rendre au bourg de Cacao.

Le village de Cacao est majoritairement peuplé de Français d’origine Hmong. Originaire du Laos où elle était persécutée, cette communauté d’agriculteurs est arrivée en Guyane à la fin des années 70. 

 

Auteur(s): RT

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Placé en garde à vue, l'enseignant nie les faits.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-