Harcèlement à l'école militaire de Saint-Cyr: une victime témoigne

Harcèlement à l'école militaire de Saint-Cyr: une victime témoigne

Publié le 05/04/2018 à 10:47 - Mise à jour à 11:06
©Google Maps
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Suite aux récentes révélations concernant des faits de harcèlement dans les classes préparatoires militaires (notamment celle de Saint-Cyr dans les Yvelines), une victime a décidé de livrer son témoignage au micro de BFMTV.

Elle est sortie de son silence. Suite aux récentes révélations concernant des faits de harcèlement dans les classes préparatoires militaires (notamment celle de Saint-Cyr dans les Yvelines), une victime a décidé de livrer son témoignage. Au micro de BFMTV, elle a raconté ce qu'elle a enduré pendant de nombreux mois au sein de cette école à la renommée nationale. Depuis, elle a quitté l'établissement. 

"Certains garçons ont commencé à vraiment se prendre pour des êtres supérieurs. Ils ont commencé à s’en prendre à moi, à vouloir m’exclure de la classe. Ils ont commencé à s’en prendre à ma copine (…), ils n’arrêtaient pas de lui dire qu’elle était nulle. A chaque fois qu’elle disait une mauvaise réponse en classe, ils la rabaissaient. Et à un moment, ils lui ont dit: «on n’arrêtera pas tant que tu ne seras pas partie»", a-t-elle déclaré.

Celle qui rêvait de devenir officière de l'armée de l'air a également expliqué que les garçons à l'origine de ces attaques faisaient partie de confréries, des groupes réservés uniquement aux hommes. Des étudiants qui n'auraient pas hésiter, outre le harcèlement moral, à agresser sexuellement des jeunes femmes. Comme elle l'a raconté, l'une de ses amies a été victime d'attouchements après avoir porté une tenue qu'ils jugeaient "provoquante". "Elle avait une robe rouge qui arrivait mi-cuisses. Il y a certains tradis (l'une des confréries, NDLR) à qui ça n’a pas plu (…) Un garçon lui a mis une main aux fesses", a-t-elle confié. 

Lire aussi - Harcèlement des jeunes filles en prépa Saint-Cyr: "inacceptable" pour Parly

A noter que la ministre des Armées, Florence Parly, a réagi à ces faits de harcèlement lors d'une séance à l'Assemblée nationale. "C'est un combat que je mènerai jusqu'au bout avec une tolérance zéro. Il n'y a pas de place pour le sexisme dans nos armées", a-t-elle expliqué annonçant au passage qu'elle allait prendre trois sanctions.

La première est l'exclusion des élèves impliqués dans ces faits. Ensuite, le remplacement des cadres qui eux aussi sont concernés, assorti de mesures disciplinaires. Ils laisseront leur place après les prochains examens et concours qui auront lieu dans quelques jours. Enfin, l'interdiction du redoublement pour les élèves perturbateurs.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une victime de harcèlement à l'école militaire de Saint-Cyr a témoigné au micro de BFMTV.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-