Harcèlement sexuel aux Beaux-Arts: des étudiants dénoncent

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Harcèlement sexuel aux Beaux-Arts: des étudiants dénoncent

Publié le 26/03/2018 à 17:50 - Mise à jour à 18:02
©Jean-Pierre Dalbéra/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le journal "Le Monde" révèle que des étudiants des Beaux-Arts ont lancé une pétition ainsi qu'un document anonyme en ligne pour recenser des actes de harcèlement sexuel dans leur école où plusieurs enseignants seraient coutumiers de gestes déplacés.

C'est maintenant au tour des Beaux-Arts. Le journal Le Monde révèle en effet que l'établissement est au centre d'une embarrassante affaire de dénonciation de harcèlement sexuel via une pétition mettant sur la tabls les "pratiques douteuses" de certains enseignants sur les étudiantes.

Les cinq élèves des Beaux-Arts (l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris – Ensba, de son vrai nom), trois filles et deux garçons, dénoncent dans leur démarche "des mains sur la cuisse, des insultes sexistes, des élèves contraints d’éviter des professeurs, des humiliations, des remarques sur l’apparence, des présupposés sexistes sur la qualité du travail, etc".

Ce même petit groupe de "lanceurs d'alerte" a mis à disposition en ligne un document pour que les victimes puissent témoigner anonymement. Et là, pas moins de "six professeurs sont cités régulièrement" parmi la soixantaine que compte le prestigieux établissement. Aucun élève n'a déposé de plainte "par peur pour leur diplôme et leur carrière d’artiste".

La question est d'ailleurs source de malaise entre les étudiants, la direction et le corps professoral. Les lanceurs d'alerte ont expliqué au journal avoir découvert dépités que l'une des cadres de l'école, Kathy Alliou, était l'une des signataires de la tribune du monde qui avait fait polémique sur la "liberté d'importuner" et qui a été accusée de complaisance avec les auteurs de harcèlement sexuel.

Voir aussi - "Liberté d'importuner...": Deneuve s'explique et présente ses excuses aux victimes

En 2013, un rapport d'information du Sénat (voir ici) s'inquiétait de "la banalisation des comportements sexistes dans les écoles d’art" et estimait que "l’omerta sur ce sujet résulte de la sous-représentation des femmes dans le corps enseignant et aux postes de direction". Un diagnostic que ne dément pas les chiffres actuels: sur les 650 élèves de l'école, 60% sont des femmes alors que 70% des professeurs sont des hommes d'une moyenne d'âge de 58 ans.

Enfin, l'école a vu son image écornée par les actes du chorégraphe Daniel Dobbels (par ailleurs professeur aux Beaux-Arts) accusé sur les réseaux sociaux de violences sexistes par cinq danseuses (voir ici). L'artiste a vu les représentations de son dernier spectacle annulées par le théâtre qui l'accueillait. Il a pris sa retraite le 1er mars.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les Beaux-Arts sont au centre de plusieurs dénonciations.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-