Harcèlement sexuel: deux gendarmes condamnés à 6 et 8 mois de sursis

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Harcèlement sexuel: deux gendarmes condamnés à 6 et 8 mois de sursis

Publié le 12/04/2016 à 18:10 - Mise à jour à 18:14
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Deux gendarmes ont été condamnés ce mardi à six et huit mois de sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir harcelé sexuellement une collègue pendant un an. L'un d'eux, le moins gradé, a également interdiction définitive d'exercer.

Six et huit mois de sursis, une interdiction d'exercer: la justice a condamné ce mardi 12 deux gendarmes pour avoir harcelé sexuellement une collègue, ce qui pourrait "libérer la parole" au sein de l'armée, veut croire l'avocate de la jeune femme.

L'adjudant Julien G., le plus gradé et le mieux noté, a écopé de la peine la plus lourde, huit mois avec sursis, et 2.500 euros de dommages et intérêts, mais sans interdiction d'exercer. Le parquet en avait requis une, de cinq ans. Le maréchal des logis chef Ludovic F. a lui été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à six mois de prison avec sursis et 1.500 euros de dommages et intérêts. Comme le demandait la procureure, qui avait souligné son "habitude ancienne" de tenir des propos "particulièrement grossiers" aux femmes, il a aussi écopé d'une interdiction définitive d'exercer. Ludovic F. a en revanche été relaxé en ce qui concerne une accusation plus grave, celle d'avoir menacé la jeune plaignante de son arme de service. Pour ce qui concerne les peines, le tribunal n'a pas suivi le parquet, qui avait demandé un an avec sursis, sans faire la différence entre les deux hommes.

L'avocate de Marie (son prénom a été modifié, NDLR), s'est malgré tout dite "très satisfaite". "Aujourd'hui dans la +Grande muette+ le silence c'est terminé, la parole est libérée", a dit Me Élodie Maumont, lançant: "Quel combat, quel combat long et douloureux!". Marie avait à l'audience accablé ces deux gradés de la brigade de Joigny, sur les bords de l'Yonne, où elle a travaillé d'octobre 2012 à novembre 2013.

"Ça te dit un plan à trois?" dans une voiture de patrouille aux sièges tachés de sperme; "Fais-moi une pipe"; "Les Réunionnaises, elles sont chaudes, montre-moi ce que tu sais faire". Sans compter des "gémissements" sur son passage, ou un geste obscène mimé avec une matraque... "C'était normal, c'était habituel", avait-elle dit. Elle travaille désormais en région parisienne.

Jacques Bessy, président de l'Association de défense des droits des militaires (Adefdromil), partie civile, a lui parlé de peines "exemplaires", et d'un "message très clair aux harceleurs qui servent dans l'armée". Il a balayé l'argument de la défense, à savoir que les gendarmes étaient dans le registre de la plaisanterie de mauvais goût: "Tous les harceleurs disent que c'était pour mettre de l'ambiance". "Qu'on oblige des jeunes femmes à faire la bise à dix, quinze hommes tous les matins, c'est inadmissible", a estimé M. Bessy.

Lui comme Me Maumont se sont étonnés du fait qu'aucune interdiction d'exercer n'ait été prononcée contre le plus gradé des gendarmes, tout en rappelant que la procédure disciplinaire interne n'était pas terminée. La porte-parole de la gendarmerie, le lieutenant-colonel Karine Lejeune, n'a pas souhaité commenter la décision de justice. Mais, a-t-elle assuré, "la gendarmerie nationale applique la tolérance zéro pour ce type d'agissements et des sanctions disciplinaires sont actuellement à l'étude". "Depuis mars 2014, la gendarmerie a déployé un dispositif de signalement des discriminations pour libérer la parole", a-t-elle ajouté.

L'avocate de Ludovic F., Me Véronique Costamagna, a estimé qu'il y avait dans la gendarmerie un "apprentissage (à faire) des deux côtés", hommes et femmes, ces dernières devant selon elle "s'abstenir de faire référence à leur féminité" au travail. Me Costamagna a dit qu'elle comptait réfléchir avec son client, qui reconnaît avoir eu des propos "inadaptés", à la possibilité de faire appel.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce mardi deux gendarmes à huit et six ans de prison avec sursis pour avoir harcelé une jeune collègue pendant un an.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-