Hausse des agressions contre les pompiers: "Malheureusement on s'adapte" (syndicat)

Hausse des agressions contre les pompiers: "Malheureusement on s'adapte" (syndicat)

Publié le 15/11/2017 à 12:09 - Mise à jour à 12:24
©JeanbaptisteM/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Victor Lefebvre
-A +A

Le nombre d'agressions contre les pompiers a augmenté de 17,6% en 2016. Un chiffre qui témoigne d'une "situation qui persiste" pour Jean-Michel Piedallu secrétaire général du syndicat SNSPP-PATS. Il explique à "France-Soir" que le risque est aussi que les agressions deviennent la norme chez un pompier.

Ce sont 2.280 sapeurs-pompiers qui ont déclaré avoir été agressés en 2016 selon une note de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée ce mercredi 15. Une hausse de 17,6% en un an qui "ne surprend pas du tout" Jean-Michel Piedallu, Secrétaire général du Syndicat national des sapeurs-pompiers professionnels et personnels administratifs techniques et spécialisés (SNSPP-PATS).

Pour lui, ces chiffres sont à interpréter notamment parce qu'"aujourd'hui, le sujet n'est plus tabou, des dépôts de plaintes sont réalisés, mais pas toujours". Il est donc envisageable que cette libération relative de la parole, marquée en novembre par plusieurs mouvements de grève des sapeurs-pompiers, soit en partie à l'origine de cette hausse. Un autre phénomène est également inquiétant pour le syndicaliste: "les agresseurs ont de moins en moins de mal à s'attaquer à l'individu. Avant on était plus sur de la provocation verbale, des crachats". Le nombre de jours d'arrêt de travail consécutifs aux agressions a d'ailleurs explosé en 2016 avec une hausse de 36,1%.

Et au-delà de ces chiffres annuels, c'est une "situation qui persiste" d'année en année que dénonce Jean-Michel Piedallu. "J'ai toujours eu peur que cela se banalise. Et on ne peut plus nier que les agressions font partie du travail. Malheureusement, on s'adapte". Cette situation, précise-t-il, dépasse largement le cadre des banlieues.

Face à cette problématique, la solution est simple pour lui. "Du personnel. On supprime des postes dans tous les centres de secours. Hier nous étions six dans un camion, aujourd'hui nous sommes quatre. Si nous pouvions systématiquement être accompagnés par les gendarmes ou les policiers se serait parfait, mais ils n'ont pas les ressources".

Auteur(s): Victor Lefebvre

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les agresseurs des pompiers "ont de moins en moins de mal à s'attaquer à l'individu", note le Secrétaire générale du SNSPP-PATS.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-