Haut-Rhin: sa femme veut le quitter, il l'étrangle

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Haut-Rhin: sa femme veut le quitter, il l'étrangle

Publié le 31/07/2019 à 07:36 - Mise à jour à 07:43
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Lundi 29 dans la soirée, dans une commune du Haut-Rhin, un homme a alerté les gendarmes expliquant qu'il venait d'étrangler sa femme. Celle-ci venait d'annoncer son souhait de le quitter, ce que le suspect n'aurait pas supporté.

Le scénario est tristement banal, il vient pourtant de se terminer –une nouvelle fois- de manière tragique par la mort d’une femme. Un homme a été arrêté et placé en garde à vue pour le meurtre de sa compagne qui venait de lui annoncer la fin de leur relation. C’est le suspect lui-même qui a prévenu les forces de l’ordre après son geste meurtrier.

Les faits se sont déroulés lundi 29 dans la soirée dans la commune de Morshcwiller-le-Bas dans le département du Haut-Rhin. Au domicile du couple, une femme de 35 annonce à son époux, âgé lui de 54 ans, qu’elle compte le quitter. Une dispute éclate alors tandis que le fils du couple âgé de quatre ans et demi dors dans une chambre adjacente.

Selon les  premiers éléments connus, le mari n’a pas supporté la situation et la dispute conjugale a dégénéré en meurtre. L’homme aurait étranglé son épouse à mort. Il a ensuite appelé les gendarmes vers 23h pour demander de l’aide. A l’arrivée des militaires, le suspect était prostré. Il était déjà trop tard pour la malheureuse victime.

Lire aussi - Féminicides: des féministes rendent hommage à Marie Trintignant tuée il y a 16 ans

Depuis le début de l’année, 82 femmes seraient mortes sous les coups de leur compagnon ou de leur ex-conjoint selon le collectif Féminicides par compagnon ou ex (voir ici) après de ce nouveau drame. Elles étaient 121 à périr de la sorte en 2018.

Voir aussi:

Tentative de féminicide: une femme amputée de deux doigts

Féminicides: 121 en 2018, un tous les trois jours

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a été placé en garde à vue après avoir prévenu les gendarmes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-