Haute-Garonne: les nounous d'une commune vont devoir payer la "taxe couches-culottes"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Haute-Garonne: les nounous d'une commune vont devoir payer la "taxe couches-culottes"

Publié le 27/07/2017 à 16:02 - Mise à jour à 16:19
©Closon/Isopix/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les nourrices de la commune de Villefranche-de-Lauragais, en Haute-Garonne, sont depuis quelques jours obligées de payer une nouvelle taxe. Une redevance supplémentaire dans le but de financer le surplus de couches et de pots dans leurs poubelles. Elles s'étaient battues pour que cet impôt ne soit pas voté.

C'est une déception pour les nourrices de la ville de Villefranche-de-Lauragais, en Haute-Garonne. Elles se battaient depuis juin 2016 contre une nouvelle taxe que leur communauté de commune voulait leur imposer et celle-ci a été votée mardi 11. Cet impôt, relatif à leur activité professionnelle, a été surnommé "taxe couches-culottes".

Ces assistantes maternelles sont soumises depuis le début du mois à payer une nouvelle redevance concernant les ordures ménagères. A cause des nombreuses couches et autres petits pots qu'elles doivent jeter chaque jour, ces nounous doivent dorénavant débourser 92 euros de plus par an.

Les nourrices, qui n'excluent pas de faire appel de ce vote auprès du tribunal administratif, qualifient cette décision d'"injuste", d'autant plus que seules les professionnelles de Villefranche-de-Lauragais sont concernées. Les autres villes de la communauté de commune ne sont pas impliquées.

"C'est juste aberrant. On a bien démontré que c'était injuste. Ce n'est qu'un transfert de déchets et on rajoute que Cap Lauragais s'est réunifié avec Caraman et avec Nailloux (deux villes limitrophes) et cette taxe ne serait imposée qu'aux gens de Cap Lauragais donc il ya une discrimination qui se fait en plus", a expliqué Eliette Pujol-Théron, membre du collectif d'assistantes maternelles, à France Bleu Toulouse.

Plus d'une centaine de nourrices s'étaient rassemblées en juin 2016 contre cette taxe. Elles avaient lancé une pétition qui avait recueilli 15.000 signatures.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Cette "taxe couches-culottes" a été voté le 11 juillet.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-