Haute-Loire: une jeune femme enlevée et séquestrée par sa famille pour l'empêcher de voir son petit ami

Haute-Loire: une jeune femme enlevée et séquestrée par sa famille pour l'empêcher de voir son petit ami

Publié le 31/08/2017 à 19:40 - Mise à jour à 19:44
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune femme de 18 ans a été enlevée à Saint-Ferréol d'Auroure (Haute-Loire) par des proches et séquestrée au Chambon-Feugerolles (Loire). En quelques heures, elle a été retrouvée par les enquêteurs. Sa famille voulait l'empêcher de voir son petit ami.

Une nuit de cauchemar pour un jeune couple qui n'avait rien demandé. Quatre personnes, trois membres d'une même famille et un de leur ami, se sont livré à une expédition punitive à Saint-Ferréol d’Auroure (Haute-Loire) dans la nuit de lundi 28 à mardi 29 rapporte France Bleu Saint-Etienne. Ils comparaitront en janvier 2018 devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay (Haute-Loire) pour enlèvement, séquestration et violences avec armes sur une jeune femme de leur propre famille.

En effet, cette dernière se trouvait chez son petit ami pour passer la nuit. Les proches de la jeune femme réprouvent visiblement cette relation puisqu'ils sont soupçonnés d'avoir débarqué armées d’une bombe lacrymogène et d’un manche à balai avec l’intention de l'arracher des bras de son petit copain. Il a ensuite immédiatement prévenu les forces de l'ordre qui se sont lancés à la poursuite des agresseurs.

Ce dernier a bien tenté de s'interposer mais il a été victime de coups de la part des assaillants et n'a rien pu faire. Les ravisseurs auraient retenu leur victime, âgée de 18 ans pendant plusieurs heures, dans leurs maisons, d’abord à Unieux, puis au Chambon-Feugerolles (Loire). Ce n'est que grâce à l'intervention d'une trentaine de gendarmes qui ont interpellés les quatre suspects, au Chambon-Feugerolles, "dans une ambiance tendue" rapporte la radio, que la jeune femme a pu retrouvé la liberté.

Ses quatre proches qui désapprouvaient sa relation amoureuse ont été placés en garde à vue dans la foulée de leur interpellation.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Il a fallu mobiliser trente gendarmes pour libérer la jeune fille.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-