Hauts-de-Seine: un père mis en examen pour avoir secoué à mort son bébé

Hauts-de-Seine: un père mis en examen pour avoir secoué à mort son bébé

Publié le 09/03/2019 à 17:53 - Mise à jour à 17:54
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un habitant des Hauts-de-Seine a été mis en examen mardi 5 pour avoir provoqué la mort de son enfant de deux mois. Il a succombé au syndrome du bébé secoué.

C'est une nouvelle illustration tragique du syndrome du bébé secoué qui devrait bientôt être jugée dans les Hauts-de-Seine. Un nourrisson de deux mois est mort vraisemblablement de la main de son père début mars. L'homme avait d'abord pris la fuite avant de revenir au chevet de son enfant juste avant que celui-ci soit déclaré mort.

Etait-ce la première fois que ce père perdait patiente au point de devenir violent envers son bébé? Ce sera à l'enquête de le dire. Mais les premières éléments semblent montrer que l'homme voulait simplement qu'il arrête de pleurer. C'est donc pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" qu'il a été mise en examen.

Voir: Bébé mort sous les coups: un couple mis en examen pour viol et violences

Le 28 février, alors qu'il se trouvait à son domicile de Boulogne-Billancourt avec la nounou, le père a dû faire face à une crise de pleurs de son fils telle "qu’il en avait des spasmes", rapporte Le Parisien qui évoque le geste d'un "cadre sans histoires".

Il l'aurait alors saisi et secoué, provoquant un grave traumatisme. Il l'a alors emmené à l'hôpital. L'enfant a été rapidement transféré à l'hôpital Necker, spécialisé en la matière, et l'équipe médicale a signalé une suspicion de mauvais traitements.

Elle n'a en revanche rien pu faire pour éviter la mort cérébrale de l'enfant. Le décès a été prononcé mardi, alors que le père était revenu du Sud de la France où il s'était rendu dans un moment de "panique" selon lui.

L'Assurance maladie définit le syndrome du bébé secoué comme "un traumatisme crânien non accidentel, entraînant des lésions du cerveau. Il survient lorsque l'on secoue violemment un bébé ou un jeune enfant. Le plus souvent, ce drame arrive lorsque la personne qui s'occupe de l'enfant est exaspérée par ses pleurs". Dans la majorité des cas observés, les bébés sont victimes de secouements répétés, perçus par les parents comme le seul moyen d'arrêter les pleurs.

Lire aussi:

Un bébé de 7 semaines battu à mort par son père adolescent

Un couple vegan arrêté, leur bébé nourri de pommes de terre écrasées allait mourir

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enfant a succombé au syndrome du bébé secoué.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-