Hérault: le gérant d'une supérette abattu, le tireur présumé arrêté

Hérault: le gérant d'une supérette abattu, le tireur présumé arrêté

Publié le 02/02/2017 à 16:40 - Mise à jour à 16:48
©Salom-Gomis Sebastien/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme d'une cinquantaine d'années a été abattu ce jeudi sur le parking de sa supérette, à Pignan (Hérault). Le tireur présumé, un boucher à la retraite, a été maîtrisé par des vigiles et interpellé. On ignore encore s'il a agi en raison d'un contentieux personnel ou s'il s'agit du geste d'un déséquilibré.

Le gérant d'une supérette a été abattu ce jeudi 2 devant son commerce à Pignan, dans l'Hérault. Des faits qui évoquent a priori un braquage, mais les premiers éléments semblent contredire cette thèse. Un homme de la connaissance de la victime a en effet été interpellé. Le mobile restait cependant, quelques heures après les faits, l'objet de spéculations.

Selon France Bleu Hérault, le drame a eu lieu vers 7h45, sur le parking de l'épicerie Spar que gérait cet homme d'une cinquantaine d'années. Un homme armé d'un fusil de chasse lui aurait alors tiré dessus, le blessant mortellement. L'intervention des secours n'a pas permis de réanimer la victime.

Des vigiles présents sur place sont parvenus à maîtriser rapidement le tireur qui a par la suite été interpellé par les gendarmes. Selon Midi Libre, l'homme a été identifié comme un boucher à la retraite qui aurait travaillé pour la victime à une époque. Toutefois, les raisons qui auraient poussé cet homme à commettre l'irréparable n'étaient pas encore connues ce jeudi après-midi.

Si certains médias locaux évoquent une possible vengeance, ils mettent également en avant la personnalité trouble du tireur. Selon le site Métropolitain, l'homme possédait de nombreuses armes, ce qui lui aurait valu la visite des gendarmes dans les mois précédent le drame. Il est également décrit comme une personne irascible, n'hésitant pas à exhiber son arsenal. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Saint-Georges-d'Orques.

Le drame a secoué cette petite ville de 6.500 habitants où la victime était connue de tous et s'apprêtait à ouvrir un second magasin.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le drame a secoué les habitants de la petite commune de Pignan.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-