Hérault: une femme contrainte d'ingurgiter des excréments, violée et frappée pendant huit ans, son compagnon devant la justice

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Hérault: une femme contrainte d'ingurgiter des excréments, violée et frappée pendant huit ans, son compagnon devant la justice

Publié le 15/05/2017 à 15:13 - Mise à jour à 15:36
© MIGUEL MEDINA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme est jugé à partir de ce lundi à la cour d'assises de Montpellier. Il est accusé d'avoir maltraité sa femme physiquement et psychologiquement pendant huit ans. Brûlée, frappée et humiliée régulièrement, la femme -victime du syndrome de Stockholm- n'avait jamais porté plainte ni alerté ses proches.

Un homme âgé de 33 ans est jugé ce lundi 15 à la cour d'assises de Montpellier dans l'Hérault. Il est accusé d'avoir fait vivre un enfer à sa compagne durant huit ans. Maltraitée physiquement et psychologiquement toutes ces années, la femme n'avait jamais alerté la police ni ses proches de ce qu'elle endurait. 

Le couple s'était rencontré à l'âge de 16 ans et avait rapidement eu des enfants. Mais dès 2006, la femme aurait été victime des coups violents de son mari. Celui-ci l'accusait de se prostituer afin de s'acheter de la cocaïne.

Les proches ont averti la gendarmerie de Pézenas, où le couple résidait en 2013. Les enquêteurs ont alors découvert une victime qui n'était que l'ombre d'elle-même: couverte de traces de brûlures et de coups, la lèvre entaillée au cutter et ayant perdu l'usage de son oreille gauche.

"Ma mère n'était plus une femme mais un punching-ball", a expliqué à BFMTV sa fille de 16 ans, qui vivait avec ses parents dans une grande détresse sociale. La victime, qui était violée et giflée par son mari chaque matin, a expliqué aux enquêteurs être en plus obligée d'ingurgiter les excréments et les urines de son compagnon.

Son bourreau présumé n'a jamais avoué les faits et sera jugé à partir de ce lundi jusqu'à jeudi 18. Les experts médicaux, qui ont pu parler à la jeune femme, ont décelé qu'elle avait développé un syndrome de Stockholm: après une longue captivité, elle a, au fil du temps, commencé à ressentir des sentiments positifs envers son ravisseur.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le bourreau de cette mère de famille sera jugé jusqu'au jeudi 18 mai.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-