Hérault: un mineur frappé à la tête après une bagarre entre voisins

Hérault: un mineur frappé à la tête après une bagarre entre voisins

Publié le 12/05/2018 à 16:42
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Vendredi soir, une bagarre a éclaté dans la commune de Canet dans le département de l'Hérault. Un mineur a été frappé au crâne par un homme d'une quarantaine d'années qui s'estimait menacé.

La bagarre de voisinage a dégénéré. Un homme de 48 ans a été placé en garde à vue après avoir frappé un mineur à la tête avec un objet contondant dans un contexte où tous les détails ne sont pas complètement éclaircis.

Les faits se déroulent dans la commune de Canet dans le département de l'Hérault, vendredi 11 dans la soirée. Le suspect se trouvait sur la voie publique avec sa mère de 83 ans, et était occupé à donner à manger à des chats errants. Deux frères du voisinage, dont l'un mineur, l'interpellent alors lui reprochant par son geste de contribuer à la prolifération des félins indésirables. Le ton monte alors rapidement.  

Selon les éléments donnés par France bleu Hérault, a alors frappé le plus jeune des frères, âgé de 17 ans (16 ans selon d'autres sources) à l'aide d'un objet, probablement un niveau de maçon en aluminium.

La victime, gravement blessée, a été transportée en urgence absolue à Montpellier, souffrant d'un grave traumatisme crânien.

Voir aussi: Il frappe son chien à coups de bâton, l'animal se venge

Sur les lieux, les choses dérapent alors. La mère octogénaire sera également transportée à l'hôpital de même qu'une autre jeune femme de 18 ans, sans que les conditions de ses blessures ne soient évoquée.

L'agresseur, placé en garde à vue, a expliqué que son geste n'était pas prémédité. Il a réagi par peur en se servant d'un objet qu'il aurait ramassé sur un chantier. Le frère majeur a également été entendu par les gendarmes.

Selon France 3, les pompiers sont intervenus "dans des conditions de travail difficiles et sous la protection des forces de l'ordre".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes sont intervenus dans un contexte difficile.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-