Hérault: une fillette d'un an se noie dans la piscine familiale

Hérault: une fillette d'un an se noie dans la piscine familiale

Publié le 27/06/2016 à 16:00 - Mise à jour à 16:06
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une fillette de un an a échappé à la surveillance de ses parents et s'est noyée dans la piscine familiale, dimanche à Saint-Just dans l'Hérault. Transportée en urgence à l'hôpital, elle n'a pas pu être réanimée. Selon l'Institut de veille sanitaire (INVS), du 1er juin au 30 septembre 2015, 459 cas de noyades accidentelles ont été recensés chez les moins de vingt ans.

Drame à Saint-Just, près de Lunel, dans l'Hérault, où une petite fille d'un an s'est noyée dans la piscine familiale dimanche 27.  

La fillette jouait au bord de la piscine vers 20 heures quand elle est tombée dans l'eau. D'après France 3 Languedoc-Roussillon, elle était en arrêt cardiaque quand on l'a sortie de la piscine. Elle a ensuite été transportée en urgence à la maison médicale de Lunel. Mais, malgré les nombreux massages cardiaques administrés par les secours, ces derniers n'ont pas réussi à la réanimer.  

"Ce drame alors que l’été débute à peine doit inciter les familles qui possèdent des piscines à redoubler de vigilance, lorsque des enfants en bas âge sont laissés libres dans la propriété. Il est impératif de ne pas relâcher la surveillance", rappelle le site Infos-h24, ajoutant que les piscines doivent être protégées par une barrière de sécurité réglementaire avec un portillon verrouillé quand elles ne sont pas fréquentées. De son côté, le ministère de l'Intérieur conseille d'équiper sa piscine d'alarmes sonores. Ces dernières "peuvent informer de la chute d’un enfant dans l’eau (alarmes d’immersion) ou de l’approche d’un enfant du bassin (alarmes périmétriques), mais n’empêchent pas la noyade", est-il écrit sur le site internet de la place Beauvau. Mais, au-delà de tous ces dispositifs de sécurité, rien ne remplace la surveillance d'un adulte, est-il précisé.

Selon l'Institut de veille sanitaire (INVS), du 1er juin au 30 septembre 2015, 459 cas de noyades accidentelles ont été recensés chez les moins de vingt ans. Parmi elles, 112 ont eu lieu en piscine familiale et 52 en piscine publique ou privée payante. Les facteurs de risques chez les moins de six ans sont principalement les chutes et le fait de ne pas encore maîtriser la nage. L'INVS recommande donc "l'apprentissage de la nage chez les enfants le plus tôt possible".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La fillette n'a pas pu être réanimée malgré les efforts des secours.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-