Il demande de l'aide sur Facebook pour retrouver son ex-compagne avant d'avouer son meurtre

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Il demande de l'aide sur Facebook pour retrouver son ex-compagne avant d'avouer son meurtre

Publié le 26/02/2018 à 17:51 - Mise à jour à 18:00
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un père de famille de 33 ans habitant Bouchemaine dans le Maine-et-Loire a lancé jeudi soir un appel à témoins sur les réseaux sociaux pour retrouver son ex-compagne prétendument disparue... avant d'avouer l'avoir tuée, samedi. Il a été mis en examen dès dimanche.

Un homme de 33 ans habitant à Bouchemaine dans le Maine-et-Loire a été mis en examen et écroué dimanche 25 pour le meurtre de son ex-compagne. Jeudi 22 au soir, il avait signalé sa disparition et même lancé un appel à témoins éploré sur sa page Facebook, pour qu'on l'aide à la retrouver.

"Nous sommes sans nouvelles d’Estelle depuis hier, 22 février, lorsqu’elle a quitté notre maison à Bouchemaine. Elle est partie de la maison vers 19h15-19h30. Merci de partager et surtout de donner la moindre nouvelle. Même qui semble insignifiante. Je vous en supplie", avait-il écrit.

Son message avait été énormément relayé sur les réseaux sociaux et plusieurs personnes dans les environs d'Angers étaient mobilisées pour participer aux recherches.

Mais selon Ouest-France, qui rapporte les faits, la version du déroulé de la soirée de ce père de famille avait tout de suite alerté les forces de l'ordre. La petite fille du couple, séparé depuis trois semaines, avait alors été interrogée.

Voir aussi: Nord - pour se venger de son ex-compagne, il tue leur fille de huit ans

Cet homme, Badr Smati, 33 ans, avait alors été placé en garde à vue. La mesure avait été prolongée samedi 24 et il avait vite reconnu avoir tué Estelle Veneut au cours d'une dispute.

Il aurait étranglé la victime avec une écharpe avant de jeter son corps et sa voiture dans la Loire. Ce lundi 26, malgré l'important dispositif de recherches mis en place, la dépouille d'Estelle Veneut n'avait toujours pas été retrouvée. La voiture non plus.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le suspect avait lancé un appel à témoins éploré sur les réseaux sociaux après la disparition de son ex-compagne.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-