Il dit à ses braqueurs de revenir plus tard (deux fois), ils obéissent (vidéo)

Il dit à ses braqueurs de revenir plus tard (deux fois), ils obéissent (vidéo)

Publié le 24/10/2018 à 07:46 - Mise à jour à 07:48
© EMMANUEL DUNAND / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un commerçant belge que six jeunes, dont certains armés, ont tenté de braquer et de racketter leur a tout simplement demander de revenir plus tard. Ils ont accepté, deux fois, car la première, le dispositif policier n'était pas encore prêt...

Même les médias locaux parlent d'une "histoire belge", tant elle apparaît relever de la blague. Un commerçant de Montignies-sur-Sambre, commune située près de Charleroi, a réussi à éviter un braquage tout simplement en demandant à ses malfaiteurs de revenir plus tard. Non seulement ceux-ci ont accepté, mais ils ont une seconde fois été éconduit par leur "victime" avant d'être arrêtés.

Ce patron d'un magasin de cigarettes électroniques, Didier, s'est retrouvé le week-end dernier face à six hommes, dont plusieurs exhibaient des armes, et qui ont commencé à se servir dans les rayons. Ils ont ensuite exigé que le commerçant écoule de la drogue pour eux et leur paye 1.000 euros par mois pour sa "protection".

Mais l'homme ne se démonte pas et tente alors un coup de bluff: "Je leur dis clairement que ce n'est pas à 15h qu'on braque un commerce. C'est comme s'ils allaient chez un livreur à 5h du matin pour lui braquer sa monnaie. Je leur dis que c'est à 18h30 qu'il faut me braquer", a-t-il déclaré mardi 23 à la chaîne belge RTL info.

Voir: Le cambrioleur perd sa carte d’identité et porte plainte pour vol

Didier prévient alors la police qui lui répond que les délinquants ne vont jamais revenir. Mais le commerçant insiste assurant qu'il n'a pas affaire à "des lumières" et un dispositif policier est mis en place.

 Sauf que les braqueurs reviennent à 17h30, avant que l'opération soit totalement prête: "Quand on prévoit qu'une agression va avoir lieu, il faut mettre un dispositif en place, et ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut que les policiers soient bien préparés, parce que ça peut vite dégénérer", a expliqué le procureur du roi de Charleroi.

Qu'à cela ne tienne, Didier éconduit une seconde fois la bande. "Je l'engueule en lui disant «il faut t'acheter une montre»", témoigne-t-il. Les braqueurs repartent puis reviennent une nouvelle fois mais cette fois-ci l'homme s'énerve et met cinq d'entre eux en fuite avant même que la police intervienne. Ils seront arrêtés un peu plus loin, le sixième dans le magasin.

Une mésaventure qui prête à sourire, néanmoins Didier reconnaît avoir pris des risques: "Pour le même prix j'aurais pu prendre une balle", explique-t-il. Craignant les représailles, il a installé des caméras supplémentaires.

Les six pieds nickelés, dont un mineur, devraient être prochainement jugé pour braquage à main armée.

Lire aussi:

Lot-et-Garonne: une octogénaire fait fuir son cambrioleur à coups de canne

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les braqueurs ont été arrêtés après que le commerçant leur ait demandé à deux reprises de revenir plus tard.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-