Il étrangle sa maîtresse et la brûle, ses implants mammaires permettent de l'identifier

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Il étrangle sa maîtresse et la brûle, ses implants mammaires permettent de l'identifier

Publié le 13/05/2019 à 12:48 - Mise à jour à 13:01
© LOIC VENANCE / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Ce lundi 13 s'ouvre en Belgique le procès d'un homme de 49 ans accusé d'avoir tué il y a deux ans sa maîtresse enceinte et d'avoir brûlé son corps. Si le cadavre a été détruit par les flammes, les prothèses mammaires ont résisté au feu et ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu'au meurtrier.

Il pensait que le feu effacerait les traces de son crime. C’était sans compter sur la résistance des prothèses mammaires qui, contrairement à la chair de sa victime, n’ont pas brûlé. Un homme de 49 ans, Jean-Gabriel Matterne, 49 ans, est jugé à partir de ce lundi à Mons en Belgique pour le meurtre de sa maîtresse, une prostituée brésilienne, en 2017 comme le rapporte la presse locale (voir ici).

Le 8 mai, un garde-chasse de la commune de Brunehaut, sur la frontière française, découvre un cadavre calciné dans un fossé sur une forêt de la commune. Le corps semble impossible à identifier. Mais l’autopsie va rapidement permettre de constater que la victime était porteuse de prothèses mammaires sur lesquelles le numéro de série n’avait pas été effacé. Il a permis de remonter jusqu’à l’identité de la victime: une certaine Tayrink Ludmillza Cruz, 36 ans, prostituée brésilienne entrée illégalement dans le pays. Autre élément mis en évidence par l’autopsie: la malheureuse était enceinte de quatre mois.

Les enquêteurs n’auront guère de mal à identifier son amant, un architecte. Ce dernier est en effet celui qui payait le loyer du logement où habitait la trentenaire.

Lire aussi: Un corps calciné découvert sur le bord d'une route en Haute-Saône

Lors de l’enquête, le suspect a reconnu les faits. Il explique avoir drogué sa maîtresse avec des somnifères et l’avoir emmené en voiture en direction de la frontière française et l’a étranglée avec un câble électrique. Il espérait que sa victime serait plus difficile à identifier en France, cette dernière n’ayant pas d’antécédent dans l’Hexagone. Mais au gré de son trajet en voiture, le suspect avait retraversé la frontière et déposé sa victime côté belge.

Selon les éléments recueillis lors de l’enquête, le mobile du crime serait la grossesse de la victime et son refus d’avorter malgré les demandes de Jean-Gabriel Matterne, marié et père de trois enfants, qui ne voulait pas de cet enfant.

Voir aussi:

Lille: Un corps calciné découvert devant une école maternelle

Aude: le corps calciné retrouvé sur un canapé a été identifié

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme suspecté d'avoir tué sa maîtresse prostituée est jugé à partir de ce lundi 13 en Belgique.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-