Il étrangle sa femme, menace de tuer son fils et fait l'éloge de Jonathann Daval

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Il étrangle sa femme, menace de tuer son fils et fait l'éloge de Jonathann Daval

Publié le 12/07/2019 à 19:27 - Mise à jour à 19:28
© PHILILPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un homme a été interpellé mercredi 10 à Besançon alors qu'il se montrait violent envers sa femme. A l'arrivée des policiers, il aurait menacé de tuer son fils à coups de couteaux, puis fait l'éloge de Jonathann Daval, qui a reconnu le meurtre de sa femme en juin dernier.

La scène aurait été d'une grande violence physique et psychologique pour les victimes. Un homme a été interpellé mercredi à son domicile de Besançon, après avoir saisi sa femme par la gorge puis empoigné deux couteaux de cuisine, menaçant de tuer son fils. Lors de son arrestation, il aurait fait l'éloge de Jonathann Daval, actuellement mis en examen pour le meurtre de sa femme, commis dans la même région.

Selon France Bleu qui rapporte ce vendredi les faits, la femme aurait ce jour-là annoncé à son compagnon qu'elle le quittait, après 10 ans de vie commune. Le suspect n'aurait pas supporté la nouvelle et l'aurait "attrapée par le cou" et "plaquée contre le mur". Il se serait ensuite emparé de deux couteaux, menaçant son fils de six ans qui assistait à la scène.

Voir: Féminicides: "Il n'y a pas de solution miracle" selon Schiappa

Prévenu, un équipage de police s'est rendu sur les lieux. L'un des fonctionnaires, équipé d'une caméra, aurait filmé l'homme criant être prêt à "exécuter" son enfant. Après avoir tenté de négocier la reddition du mari, les policiers ont réussi à l'interpeller en profitant d'un moment d'inattention de sa part.

Devant sa femme et les policiers, l'individu aurait également dit de Jonathann Daval –devenu l'un des symboles des féminicides en France- qu'il "a su se débarrasser de sa femme castratrice". Mi-juin, celui-ci avait livré des aveux complets, reconnaissant avoir, fin octobre 2017, frappé et étranglé sa femme avant de dissimuler son corps et de le brûler en partie.

Une référence jugée "inacceptable" par le procureur de la République de Besançon qui s'est par ailleurs inquiété d'une succession de cas de violences conjugales dans le Doubs, six en moins d'une semaine.

En 2018, une femme a été tuée tous les trois jours par son compagnon ou ex-conjoint: 121 féminicides ont été recensés l'an dernier par la délégation aux victimes, qui dépend des directions générales de la police et de la gendarmerie nationales.

Lire aussi:

Stop au "terrorisme machiste": manifestation à Perpignan après un féminicide

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme aurait déclaré lors de son arrestation que Jonathann Daval "a su se débarrasser de sa femme castratrice".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-