"Il m'a mis un couteau sous la gorge": le témoignage glaçant d'une victime du "violeur de la Sambre"

"Il m'a mis un couteau sous la gorge": le témoignage glaçant d'une victime du "violeur de la Sambre"

Publié le 02/03/2018 à 17:33 - Mise à jour à 17:42
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une victime présumée du "violeur de la Sambre" a témoigné de la violence de l'agression qu'elle avait subi en 2002 sur Europe 1. "Il m'a mis le couteau sous la gorge", raconte-t-elle

"Une quarantaine" de viols et d'agressions sexuelles. C'est ce que Dino Scala, désormais tristement connu sous le surnom de "violeur de la Sambre", a avoué aux policiers mercredi 28. Une longue liste de victimes dont fait partie Michèle, 60 ans, qui a témoigné jeudi 1er du calvaire qu'elle a vécu à Europe 1.

Elle aurait été agressée par le suspect en 2002 à Maubeuge. A l'instar du mode opération que Dino Scala aurait utilisé pour la majorité de ses victimes, il l'aurait attaquée au petit matin, dans le dos et masqué. Ce jour-là, il est 6h45 lorsqu’elle arrive sur son lieu de travail, la salle de sports Marcel-Dufour à Louvroil, raconte-t-elle à la radio.

Lire aussi - "Violeur de la Sambre": l'homme arrêté avoue une quarantaine d'agressions sexuelles

"Au moment où j'ai fermé la porte, il m'a sauté dans le dos. Puis il m'a mis le couteau sous la gorge et il m'a dit +tu fermes ta gueule sinon je te tue+", se souvient Michèle. Et de poursuivre: "Il m'a traîné du côté des toilettes… Je m'étais mise en boule le plus possible pour ne pas qu'il m'attrape mais il m'a attrapée, il m'a tiré quand même. Il m'a étranglé puis de l'autre main, il m'a tiré par les cheveux".

"Il m'a fait allonger sur les tapis et il m'a dit, tout bas, +allonge-toi sur le ventre+, et il a commencé à m'attacher les mains par derrière. Je lui disais +laissez-moi partir monsieur, je ne dirai rien à personne+. +Ta gueule+, il me disait tout bas en me tapant", explique-t-elle.

Voir également - Violeur de la Sambre": "nous sommes face à quelque chose d'hors norme"

Michèle ne doit son salut qu'à l'arrivée impromptue d'une collègue de travail qui met son agresseur en fuite. "Quand elle est arrivée, elle a allumé la lumière et là, il m’a lâchée. Il est parti tête baissée", raconte-t-elle. 

La victime espère désormais que son témoignage va permettre à d'autres victimes de se dévoiler. Elle a confié à BFMTV que savoir que le violeur de la Sambre, son agresseur potentiel, a été interpellé et mis en examen, est un "soulagement". La police judiciaire a d'ores et déjà entrepris de recontacter toutes les victimes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime avait été agressée par le suspect en 2002 à Maubeuge.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-