Un jeune homme menace "d'égorger comme des cochons" des agents de la SNCF et des policiers

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Un jeune homme menace "d'égorger comme des cochons" des agents de la SNCF et des policiers

Publié le 27/02/2018 à 15:24 - Mise à jour à 15:46
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme de 20 ans a été interpellé en gare de Saint-Roch, à Montpellier le week-end passé après être monté dans un train à Toulouse. Il a menacé d'égorger contrôleurs et policiers qui le maîtrisaient.

L'arrestation a été plutôt musclée. Un homme de 20 ans, qui avait emprunté un train allant de Toulouse à Montpellier sans billet, a été interpellé le week-end dernier, en gare Saint-Roch. L'altercation entre ce dernier et les contrôleurs a débuté alors que les deux agents de la SNCF procédaient à la vérification des titres de transport.

Le jeune homme a alors bousculé les deux contrôleurs avant de prendre la fuite dans le train et de réussir à s'enfermer dans les toilettes. S'en est suivi une assez longue négociation entre le contrevenant et les agents de la SNCF qui tentaient de faire sortir l'individu des WC. En vain

Dans un état de "surexcitation extrême" comme le rapporte Métropolitain qui révèle l'information, les contrôleurs SNCF ont préféré faire appel à la police qui s'est chargée de déloger le fraudeur. 

Les agents de la sureté ferroviaire sont finalement intervenus en gare de Saint-Roch, où ils ont extrait, de force, le contrevenant du lieu d'aisance où il s'était réfugié. L'interpellation ne s'est pas fait sans mal et les policiers ont été copieusement insultés et même menacés de mort par l'individu.

"Je vous retrouverais, je vous égorgerais tous comme des cochons", a-t-il hurlé à l'intention des contrôleurs de la SNCF alors qu'il était embarqué, singeant un égorgement en passant son doigt sur sa gorge.

Placé en garde à vue, le jeune homme a tenu des propos incohérents, au point que le procureur de la République de Montpellier a demandé à un expert psychiatre de venir l’examiner. Le médecin n'a pas établi d'alternation du discernement. Lundi, l'homme a été déféré au parquet de Montpellier pour être jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je vous retrouverais, je vous égorgerais tous comme des cochons", a crié l'individu à l'encontre des policiers et des contrôleurs.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-