Il s'évade de prison grâce à une faute d’orthographe

Il s'évade de prison grâce à une faute d’orthographe

Publié le 03/03/2016 à 14:48 - Mise à jour à 15:13
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

En novembre, un détenu a profité d'une faute d'orthographe dans un nom pour utiliser la permission de sortie d'un autre. Interpellé après deux semaines de cavale, l'homme a bénéficié d'une relaxe.

Il avait profité d'une erreur de nom pour sortir de prison. Mercredi 2 mars, un détenu nommé Mohammed El Abassi a été relaxé après avoir utilisé la permission de sortie d'un autre.

En novembre, le juge d'Avignon accorde une permission de sortie à un certain El Abbassi afin qu'il effectue des démarches en vue de sa libération. Mais au greffe du centre pénitentiaire du Pontet, dans le Vaucluse, El Abbassi se transforme en El Abassi et c'est à ce dernier qu'est attribuée la permission de sortie. Ni une ni deux, celui qui avait été condamné le 20 mars 2015 à dix ans de prison pour vol avec violence en profite, et échappant au contrôle des empreintes digitales en raison d'un bandage à la main, il sort de prison. Si l'administration réalise son erreur quelques heures après seulement, le détenu, dont le casier judiciaire compte huit condamnations dont une pour des faits criminels réussi à échapper à la police pendant deux semaines, avant finalement d'être interpellé dans l'agglomération de Lille.

Un procès a eu lieu à Avignon au cours duquel il a été établi que le détenu avait parfaitement conscience que la permission de sortie ne lui était pas destinée. Le ministère public avait réclamé un an de prison pour la cavale d'El Abassi, mais le tribunal l’a finalement relaxé pour "défaut de matérialité de l’infraction". L'homme a toutefois été condamné mercredi à 18 mois de prison pour une précédente évasion, en août, d'un hôpital psychiatrique, et à cinq ans de prison pour avoir volé, avec violence, le sac à main d'une octogénaire.

Accordées par le juge d'application des peines au cas par cas, les permissions de sortie donnent lieu à une évasion par jour, selon L'Express. En octobre, une polémique avait éclaté après qu'un détenu en cavale avait tiré sur un policier de la brigade anticriminalité en Seine-Saint-Denis, le blessant grièvement. Jugeant "moralement inconcevable qu’on puisse libérer pour une permission un individu aussi dangereux pour la société", les syndicats de police avaient alors dénoncé "l'angélisme pénal" de la garde des Sceaux de l'époque Christiane Taubira.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




El Abassi a échappé au contrôle des empreintes digitales.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-