Il tabasse sa compagne qui a eu le malheur de le réveiller en toussant

Il tabasse sa compagne qui a eu le malheur de le réveiller en toussant

Publié le 09/03/2018 à 18:51 - Mise à jour à 18:53
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un homme a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Gap à un an de prison ferme pour avoir roué de coups sa compagne fin décembre. Il a été violent avec elle car elle l'a réveillé en pleine nuit en toussant.

Ses précédentes condamnations pour violences conjugales ne lui ont pas servi de leçon. Il a récidivé. Jeudi 8, un homme a été condamné par le tribunal correctionnel de Gap à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, selon une information du Dauphiné Libéré, pour des violences commises sur sa compagne fin décembre dernier.

Il a été maintenu en détention à l'issue de l'audience puisqu'il était déjà en prison, suite à un sursis avec mise à l'épreuve qui a été révoqué. Il a déjà été arrêté à trois reprises par le passé pour violences conjugales (pas toujours sur la même femme) et a été condamné à chaque fois.

Voir aussi: Ille-et-Vilaine - ivre, il tabasse un gendarme avec une plaque d'immatriculation

Les faits se sont déroulés le 26 décembre dernier. Sa compagne, avec qui il dit être toujours en couple (elle n'était pas présente à l'audience pour le confirmer et n'avait d'ailleurs pas déposé plainte contre lui), sujette aux crises d'angoisse qui lui provoquent de l'asthme, ne va pas bien. Ils passent la soirée ensemble mais elle le sent tendu.

Dans la nuit, elle a du mal à respirer et appelle sa fille en toussant. Ce qui le réveille. C'est alors que pleuvent les coups et que, après avoir entendu sa mère hurler à travers le téléphone, la jeune fille appelle la police, qui intervient rapidement sur place et arrête cet homme, qui s'appelle Haithem Khlaifia.

Jeudi, face la présidente du tribunal Christine Piccinin, le prévenu a assuré que les médicaments qu'il avait pris ce soir-là lui avait fait commettre ces violences. Médicaments qui devaient l'aider à maîtriser sa colère.

Depuis qu'il est incarcéré, Haithem Khlaifia voit un psychiatre et suit des soins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un homme, déjà en prison à cause d'un sursis avec mise à l'épreuve révoqué, a écopé jeudi d'un an de prison ferme pour des violences sur sa compagne.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-